La Semaine Vétérinaire n° 1814 du 21/06/2019

JURISPRUDENCE

ACTU

CÉLINE PECCAVY  

Dans un récent jugement concernant la vente d’un chien qui s’est avéré atteint de dysplasie, l’acheteuse a été déboutée de toutes ses demandes de remboursement, mais également sévèrement condamnée. Explications.
Mme V, éleveuse de chiens, a cédé à Mme A, le 27 octobre 2011, un chien de race berger allemand pour la somme de 950 € et pour une destination contractuelle de compagnie. En juin 2014, un diagnostic de dysplasie moyenne sera établi. Mme A tentera alors à l’amiable d’obtenir le remboursement du prix de vente augmenté des frais vétérinaires passés et futurs. Aucun arrangement n’ayant été trouvé, l’affaire est venue devant ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK