Diagnostic radiologique d’un épanchement pleural - La Semaine Vétérinaire n° 1813 du 14/06/2019
La Semaine Vétérinaire n° 1813 du 14/06/2019

SYNTHÈSE

PRATIQUE CANINE

Formation

Cas clinique

Anamnèse, examen clinique

Un chat européen, mâle castré, de 8 ans est présenté pour la prise en charge d’un abcès récidivant évoluant depuis 10 mois. Son examen clinique d’admission révèle une hyperthermie limite (39,1 °C). Au réveil de l’anesthésie de parage de l’abcès, il présente une dyspnée justifiant la réalisation de radiographies thoraciques.

Description radiographique

Une augmentation d’opacité homogène est notée dans le thorax ventral, latéralisée à droite. Elle décolle les bords pulmonaires de la paroi costale et du sternum. Les lobes pulmonaires dorso-caudaux sont arrondis. Les récessus lombo-diaphragmatiques sont élargis. Les contours de la silhouette cardiaque et du diaphragme sont masqués (“signe de la silhouette positive” ou “image de continuité”). Une augmentation d’opacité est observée sur l’aire de projection du lobe moyen droit associée à un déplacement à droite de la silhouette cardiaque (sur la vue de face). Des lignes lobaires sont mises en évidence entre les lobes cranial, moyen et caudal droits. Le médiastin cranial est élargi (artéfact de la répartition du liquide d’épanchement le plus probablement).

Conclusion radiographique

Il s’agit d’un épanchement pleural unilatéral. L’examen cytologique du liquide prélevé par thoracocentèse révèle un exsudat neutrophilique septique compatible avec un pyothorax.

Discussion

Rappel anatomique

L’espace pleural est délimité par la plèvre pariétale recouvrant la paroi thoracique (costale et diaphragmatique) et la plèvre viscérale recouvrant les lobes pulmonaires. Il contient, de manière physiologique, une petite quantité de liquide (0,1 ml/kg chez le chien et 0,3 ml/kg chez le chat) qui permet de minimiser les forces de frottement au cours de la respiration. Il est invisible sur des radiographies (face et profil) chez l’animal sain.

Diagnostic radiologique

Les signes radiographiques d’un épanchement pleural sont :

- un décollement des lobes pulmonaires de la paroi costale, du diaphragme et du sternum par une opacité liquidienne ;

- un arrondissement des lobes pulmonaires :

- un signe de la silhouette positive avec la silhouette cardiaque et le diaphragme ;

- des scissures interlobaires ;

- un élargissement du recessus du médiastin caudal (signe précoce) ;

Sur une radiographie de face en vue ventro-dorsale, le médiastin peut apparaître élargi. Il s’agit d’un artefact lié au positionnement de l’animal : le liquide va se répartir dans le thorax cranial dorsal par gravité, du fait de la conformation naturelle du rachis.

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel d’un épanchement pleural inclut un artefact (animal obèse, race chondrodystrophique), un transsudat (insuffisance cardiaque, néoplasie, hypoalbuminémie, torsion de lobe pulmonaire, etc.), un exsudat (pyothorax, abcès pulmonaire, corps étranger migrant, néoplasie, péritonite infectieuse féline, affection fongique, etc.), un chylothorax (insuffisance cardiaque droite, rupture du canal thoracique, idiopathique), un hémothorax (traumatisme, coagulopathie, néoplasie), un bilothorax, un urothorax.

Particularités de l’épanchement unilatéral

Les cavités pleurales droite et gauche sont en communication chez le chien et le chat sains. Un épanchement pleural unilatéral peut être expliqué par une fermeture des fenestrations médiastinales d’origine congénitale, tumorale ou réactionnelle à un épanchement, par du liquide encapsulé ou par une accumulation de liquide autour d’un lobe pulmonaire atélectasié.

Les animaux affectés par un pyothorax présentent le plus souvent un épanchement unilatéral et asymétrique (50 à 93 % chez le chien, et 70 à 90 % chez le chat).

Retrouvez les références bibliographiques de cet article sur bit.ly/2I6NcoI.

Émilie Paran Praticienne au ChesterGates Veterinary Specialists (Royaume-Uni).

Fabrice Conchou Maître de conférences, service d’imagerie médicale de l’ENVT.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr