Ceva lance Isemid®, diurétique à base de torasémide - La Semaine Vétérinaire n° 1813 du 14/06/2019
La Semaine Vétérinaire n° 1813 du 14/06/2019

CARDIOLOGIE

PRATIQUE CANINE

L'ACTU

Auteur(s) : VALENTINE CHAMARD 

Ce médicament est indiqué chez le chien atteint d’insuffisance cardiaque congestive. D’activité plus puissante et plus longue que celle du furosémide, le torasémide s’administre en une seule prise quotidienne, selon un schéma posologique simple, améliorant l’observance.

Le torasémide, diurétique de l’anse, est désormais disponible chez Ceva. Isemid® est indiqué dans le traitement des signes cliniques, dont l’œdème pulmonaire, liés à une insuffisance cardiaque congestive chez le chien. Il peut être prescrit en première intention, dès les premiers signes d’insuffisance cardiaque congestive, c’est-à-dire en présence d’un œdème pulmonaire et de signes cliniques associés (dyspnée, augmentation de la fréquence respiratoire, etc.). Vassiliki Gouni, diplomate Ecvim- cardiology, a rappelé à l’occasion du lancement du produit que les diurétiques, en diminuant la précharge, constituent la base du traitement de l’insuffisance cardiaque congestive. Les diurétiques de l’anse (furosémide, torasémide) sont les plus puissants. En inhibant la réabsorption du sodium au niveau de la branche ascendante de l’anse de Henlé dans le néphron, ils augmentent l’excrétion de cet ion et donc la diurèse.

Un diurétique puissant à longue durée d’action

Des études pharmacodynamiques et pharmacocinétiques ont comparé des administrations équivalentes de torasémide et de furosémide. Elles ont montré que le torasémide présente une activité diurétique plus puissante et plus longue que celle du furosémide. Il a également été observé que la diurèse est équivalente entre une dose de torasémide administrée en une seule prise quotidienne et une dose de furosémide répartie en deux prises par jour. Plus puissant, le torasémide s’utilise à une dose de 1/10 à 1/20 de celle de furosémide. Une étude clinique de terrain, menée auprès de 319 chiens dans 46 cliniques européennes, a montré la non-infériorité du torasémide (en une administration quotidienne) par rapport au furosémide (en deux administrations quotidiennes) en pratique courante, comme traitement de première intention de l’œdème pulmonaire chez des chiens en insuffisance cardiaque congestive due à une maladie valvulaire dégénérative. Cette étude a aussi montré une diminution du risque de mortalité ou d’euthanasie de 54 % par rapport à l’utilisation du furosémide. En ce qui concerne la tolérance, aucune mortalité d’origine rénale n’a été observée avec l’un ou l’autre des diurétiques. Dans 86 % des cas, une augmentation asymptomatique des paramètres rénaux est observée, se normalisant au bout de 14 jours de traitement.

Un schéma thérapeutique simple

Les études de détermination de dose ont conduit à définir deux étapes du traitement. Lors de la phase d’initiation (œdème pulmonaire léger, interstitiel) et d’entretien, la dose recommandée est de 0,13 à 0,25 mg/kg/j, en une prise quotidienne. Une deuxième dose a été définie en cas d’œdème pulmonaire modéré à grave (de type alvéolaire). Le torasémide est alors prescrit à raison de 0,26 à 0,4 mg/kg/j, toujours en une prise, pendant cinq jours maximum. Ceva a conçu une fiche posologie qui précise le nombre de comprimés à administrer selon le poids de l’animal. « Ce schéma posologique simple facilite la prescription par les vétérinaires », souligne le laboratoire. Une évaluation préalable et un suivi (bilan biochimique rénal) tous les 3 à 6 mois (en fonction du stade de la maladie) est nécessaire. La dose minimale efficace est recherchée en raison de la perte d’électrolytes associée et pour éviter l’apparition éventuelle d’un syndrome cardio-rénal. « Un outil très intéressant pour effectuer ce suivi est la mesure de la fréquence respiratoire, qui peut être faite par le propriétaire à la maison », souligne Vassiliki Gouni. En effet, il est admis que lors d’insuffisance cardiaque contrôlée, la fréquence respiratoire pendant le sommeil ne dépasse pas 30 mouvements par minute. Une augmentation au-delà de cette valeur doit ainsi inciter le propriétaire à consulter.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr