REVUE DE presse - La Semaine Vétérinaire n° 1811 du 17/05/2019
La Semaine Vétérinaire n° 1811 du 17/05/2019

PRATIQUE MIXTE

Formation

Auteur(s) : RÉALISÉE PAR OLIVIER SAMSON 

LE GÉNOTYPAGE DE S. AUREUS ORIENTE LES MESURES PRÉVENTIVES À PRENDRE EN CAS D’INFECTION INTRAMAMMAIRE

Lors d’infection intramammaire à Staphylococcus aureus, il est intéressant d’identifier le génotype présent dans l’élevage. En effet, S. aureus génotype B est contagieux et nécessite des mesures classiques pour prévenir de nouvelles infections. En revanche, S. aureus génotypes C et A sont responsables de mammites sporadiques et non contagieuses et colonisent de façon opportuniste la peau des vaches. Dans ce cas, des mesures d’hygiène et de protection de la peau sont nécessaires. Il faut notamment éviter les lésions au niveau des jarrets.


Leuenberger A., Sartori C., Boss R., Resch G., Oechslin F., Steiner A., Moreillon P.,Graber H.U. Genotypes of Staphylococcus aureus: On-farm epidemiology and the consequences for prevention of intramammary infections. J. Dairy Sci. 2019; 102 : 3295-3309.

L’ANALYSE DU MICROBIOTE NASOPHARYNGÉ DE TAURILLONS SOULIGNE LE RÔLE MAJEUR DE M. BOVIS DANS LES BRONCHO-PNEUMONIES

Le microbiote nasopharyngé de taurillons ne recevant pas d’antibiotique à leur mise en lot est différent entre les animaux sains et ceux présentant une broncho-pneumonie. L’analyse révèle que les animaux malades abritent une population significativement supérieure de Mycoplasma bovis dans leur nasopharynx. Cette étude montre à nouveau le rôle important de cette bactérie dans les pneumonies des jeunes bovins de boucherie.


McMullen C., Orsel K., Alexander T.W., et coll. Comparison of the nasopharyngeal bacterial microbiota of beef calves raised without the use of antimicrobials between healthy calves and those diagnosed with bovine respiratory disease. Vet. Microbio. 2019; 231 : 56-62.

L’INTENSITÉ DE L’EXPRESSION DES CHALEURS EST CORRÉLÉE À LA FERTILITÉ DE LA VACHE LORS D’INSÉMINATION ARTIFICIELLE

Cette étude s’intéresse à la corrélation entre l’intensité des chaleurs mesurée par un capteur et la fertilité de vaches inséminées à la suite d’un protocole hormonal. Une forte activité mesurée par le capteur lors des chaleurs est corrélée à un taux d’ovulation et de gestation plus élevé et à une baisse de la mortalité embryonnaire comparativement aux vaches inséminées ayant une activité moyenne ou nulle. Ces observations aident à la décision du choix d’accouplement au moment de l’insémination artificielle.


Madureira A.M.L., Polsky L.B., Burnett T.A., et coll. Intensity of estrus following an estradiol-progesterone-based ovulation synchronization protocol influences fertility outcomes. J. Dairy Sci. 2019;102:3598-3608.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr