La Semaine Vétérinaire n° 1811 du 17/05/2019

DOSSIER

LORENZA RICHARD 

Dès la fin de leur cinquième année d’étude, les étudiants vétérinaires doivent soutenir leur thèse d’exercice, qui leur confère le titre de docteur vétérinaire. Des confrères, dont l’anonymat est conservé, déplorent que les jeunes diplômés ne puissent exercer pleinement leur profession avant la soutenance de leur thèse et se demandent si cette épreuve peut être repensée, ou même supprimée, à l’heure de l’uniformisation européenne. La thèse doit-elle être réformée ? Différents acteurs de la profession nous donnent leur avis.
En France, la soutenance de la thèse d’exercice confère le titre de docteur vétérinaire et permet d’exercer la médecine et la chirurgie des animaux, sous statut libéral ou salarié1. Si l’exercice est depuis longtemps adopté par la profession, quelques réticences sont parfois émises par des confrères, concernant les modalités de soutenance de la thèse. Certains proposent qu’elles soient modifiées. Un non-sens pour les personnes interrogées qui témoignent unanimement de leur attachement à la thèse, qui est liée à l’obtention historique ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK