La Semaine Vétérinaire n° 1810 du 11/05/2019

DOSSIER

TANIT HALFON  

Renforcée avec le paquet “hygiène”, la traçabilité doit permettre de suivre le parcours d’un produit tout au long de la chaîne alimentaire, mais aussi d’apporter des garanties au consommateur. Pour cela, elle s’appuie sur deux piliers que sont la responsabilité du professionnel et les contrôles officiels. En filière viande, elle se dote de nouveaux outils innovants : en plus d’améliorer les process, ils accompagnent les stratégies marketing des entreprises.
En mars 2018, Carrefour annonçait le lancement de sa première blockchain, pour sa filière qualité poulet d’Auvergne. Un « système innovant », selon le communiqué de presse, garantissant aux consommateurs « une traçabilité complète des produits. » Derrière cette annonce se cache un panel d’enjeux relatifs à la traçabilité. En Europe, celle-ci est véritablement renforcée pour la viande après la crise de l’encéphalopathie spongiforme bovine, et arrive à son apogée avec la législation alimentaire du paquet “hygiène”. Dans la General ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK