La Semaine Vétérinaire n° 1808 du 27/04/2019

DOSSIER

NICOLAS CORLOUER 

Dans le cadre de leur exercice professionnel, les vétérinaires peuvent être confrontés à des animaux victimes de maltraitance ou d’abandon. Pourtant, force est de constater que les praticiens ne savent pas toujours précisément quelle conduite adopter ni quelle est la réglementation en la matière. D’autant plus que celle-ci peut être soumise à une interprétation plus ou moins stricte des textes par les magistrats et exposer les praticiens au non-respect du secret médical.
Si les cas d’animaux frappés, brutalisés ou affamés sont facilement identifiables pour les praticiens, les contours de la maltraitance (encadré) soulèvent parfois des interrogations. Certains cas posent davantage de difficultés, comme les refus de soins, les demandes d’euthanasie non justifiées par une affection incurable ou une souffrance animale particulière, le refus de vaccination au-delà des obligations réglementaires en la matière… Ces différentes hypothèses, qui au demeurant se retrouvent en médecine humaine, relèvent en réalité du cas par cas, c’est-à-dire qu’il ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK