Quelles fibres dans la ration d’un cheval âgé, souffrant de maladies dentaires ? - La Semaine Vétérinaire n° 1806 du 06/04/2019
La Semaine Vétérinaire n° 1806 du 06/04/2019

CONFÉRENCE

PRATIQUE MIXTE

Formation

Auteur(s) : CHANTAL BÉRAUD 

Les chevaux âgés qui sont en bonne santé, avec un état corporel et une dentition corrects, ne nécessitent pas d’adaptation de leur régime alimentaire ni de leurs apports en fourrages. Cependant, la situation change en cas de maladies dentaires.

Quelle est l’importance d’une bonne dentition ?

Chez le cheval âgé apparaît, entre autres affections dentaires, la formation de “trous” entre les molaires, appelés les “diastèmes séniles” : ils peuvent retenir des éléments viciés (en particulier fibreux), entraînant alors des infections bactériennes, des récessions gingivales, des maladies parodontales et la perte de dents. Leurs signes cliniques incluent le quidding (rejet de nourriture partiellement mastiquée), l’accumulation de nourriture dans les joues, la salivation excessive, l’halitose (mauvaise haleine), la perte de poids et un risque accru d’obstruction œsophagienne ou de colique. Quant à la détérioration de la capacité d’un cheval à mastiquer du fourrage, elle conduit à la production de fèces normales, suivies d’une quantité abondante de liquide ou “jus”, avec une longueur accrue de particules fibreuses dans les fèces (les particules fécales doivent être inférieures à 3,7 mm).

Quelle nourriture avec une mauvaise dentition ?

Si le cheval est dans un état corporel correct, sa ration doit être formulée à hauteur de 2,5 kg de matière sèche par 100 kg de poids vif pour l’entretien. Malgré leur mauvaise dentition, de nombreux chevaux apprécient encore de recevoir du fourrage en brin long et de prévenir l’ennui en le mastiquant, à condition de ne pas avoir d’antécédent d’engouement ou de colique. Donc, un cheval avec des problèmes dentaires mineurs peut encore être capable de manger de l’herbe et des fibres longues et n’a besoin que de petites quantités de sources alternatives de fibres, comme des granulés à haute teneur en fibre ou des cubes de foin, pour maintenir son poids. Au fil du temps, les 2 kg de matière sèche par 100 g de poids vif peuvent être apportés uniquement par des granulés à haute teneur en fibre ou des cubes de foin. Il est aussi essentiel de diviser sa ration journalière en autant de petits repas que possible.

Comment distribuer les concentrés ?

Les concentrés riches en fibres conviennent particulièrement bien aux chevaux ayant une mauvaise dentition, car les procédés de broyage et de traitement thermique facilitent la digestion des fibres et améliorent la digestion précaecale de l’amidon. Certains concentrés à haute teneur en fibres sont formulés pour être distribués secs ou mouillés. Un produit sec permet d’augmenter le temps de mastication et favorise la salivation. Cependant, certaines maladies dentaires avancées nécessitent l’utilisation d’aliments trempés. Par temps chaud, il convient de les préparer chaque jour (car ils s’abîment rapidement). Pendant l’hiver, l’addition d’un peu d’eau chaude avant leur distribution peut être utile, car des aliments gelés causent des gênes dentaires et limitent l’appétit du cheval.

Cependant, comme de nombreux aliments doublent de volume quand ils sont trempés, cela peut poser problème si le cheval doit prendre du poids ou s’il a des difficultés à terminer sa ration. Dans ces cas, des concentrés avec une plus grande quantité de céréales ou d’huile peuvent être rajoutés à la ration. Les aliments contenant des taux d’huile élevé sont en effet pratiques pour les chevaux ayant des problèmes dentaires, car l’huile ne nécessite pas de mastication.

Nicola Jarvis Experte anglaise en médecine vétérinaire équine et en nutrition du cheval âgé, travaille au Redwings Horse Sanctuary (refuge qui prend soin de 1 500 chevaux, poneys, ânes et mules). Article rédigé d’après une présentation faite lors du congrès Lab To Field à Dijon (Côte-d’Or), en novembre 2018.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr