La Semaine Vétérinaire n° 1806 du 06/04/2019

LIVRE

DITES-NOUS TOUT

MICHEL BERTROU  

La nouvelle traduction chez Climats de ce texte paru aux États-Unis en 2003 (et une première fois en France en 2010 aux Éditions de l’éclat offre une belle occasion de découvrir la pensée émancipatrice, si pertinente, de Donna Haraway. Biologiste, primatologue, philosophe des sciences, féministe, l’Américaine n’a cessé de chercher à libérer la biologie des conceptions étroites qu’elle se fait d’elle-même et de promouvoir des modes d’attention et de relations “autres”, non fondées sur une domination anthropocentrée. Dans ce court essai, elle prolonge la réflexion de son Manifeste cyborg (1991) en l’appliquant aux attachements incarnés et protéiformes que nous créons avec les chiens et autres “espèces compagnes”, un champ très peu pensé jusqu’ici. « Nous ne sommes pas autonomes et notre existence dépend de notre capacité à vivre ensemble », écrit-elle. « Vivre avec les animaux, investir leurs histoires et les nôtres, essayer de dire la vérité au sujet de ces relations, cohabiter au sein d’une histoire active », voilà ce que la philosophe défend dans ce manifeste. Anticonformiste, elle mêle ses réflexions érudites (sur l’évolution et la domestication) à ses expériences avec des chiens bien réels (à travers sa pratique de l’agility, notamment). Corrélant histoire et biologie, soulignant l’évidence de notre parenté avec les “espèces compagnes”, elle dessine une éthique audacieuse où ces “autres qui comptent” appellent à la prolifération des relations et des récits interspécifiques.

Manifeste des espèces compagnes de Donna Haraway, traduit par Jérôme Hansen, préface de Vinciane Despret, Climats, 168 pages, 13,5 x 21 cm.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK