La communication non violente - La Semaine Vétérinaire n° 1806 du 06/04/2019
La Semaine Vétérinaire n° 1806 du 06/04/2019

DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

ÉCO GESTION

Auteur(s) : ANNE-CLAIRE GAGNON 

À la frontière entre le développement personnel, la psychologie et le management, la communication non violente® (CNV) a une place essentielle dans de nombreuses pratiques professionnelles, dont celles des vétérinaires praticiens.

Thomas d’Ansembourg est aujourd’hui un ancien avocat heureux depuis qu’il peut se consacrer entièrement à sa vocation : aider les êtres humains à traverser les conflits, en communiquant sans violence. Il a quitté la fonction d’avocat pour devenir formateur, conférencier et même acteur, l’humour rendant ses messages encore plus inspirants.

Son premier livre Cessez d’être gentil, soyez vrai !, dans sa version illustrée, peut être mis entre toutes les mains (membres de l’équipe vétérinaire, clients, adolescents, etc.) chacun y trouvera matière à mieux se comprendre et à mieux comprendre les autres, une des qualités de la communication non-violente® (CNV)1, dont Thomas d’Ansembourg dit que « c’est un outil d’éveil de la conscience ».

Savoir être sans peur

Aux côtés de la méditation de pleine conscience, la CNV ajoute une connaissance de soi fine, selon Thomas d’Ansembourg, et fournit un outil relationnel d’écoute de l’autre et de respect de soi, y compris et surtout dans les situations délicates et tendues. « Dans de nombreux domaines – pas seulement l’enseignement – c’est la peur de “sortir du rôle”, de se montrer humain, et donc par moment vulnérable, qui inhibe la relation vraie et profonde avec l’autre. Les gens ignorent que c’est en connaissant et en acceptant sa vulnérabilité que l’on trouve sa vraie force. »

Laquelle est bien différente de celle développée dans les rapports de force qui régentent trop souvent nos relations à l’autre, « avec l’addiction à l’affrontement qui en résulte » au lieu « d’apprendre à chercher le point de rencontre et de collaboration ».

Savoir dire et être entendu sereinement

Malgré son appellation, la communication non violente n’est pas synonyme de non colère ni de communication “Bisounours”. Bien au contraire, il s’agit de savoir parler, le cas échéant, avec vigueur, et de dire à temps sa colère, pour éviter les explosions, voire les gestes de violence.

« La violence est l’expression d’une profonde souffrance qui ne trouve pas les mots pour se penser clairement et s’exprimer. Elle est l’expression tragique d’un manque de discernement et de vocabulaire. Quand un être humain n’a pas les mots pour mesurer et exprimer combien il se sent seul, découragé, terrorisé, impuissant ou en rage, alors la vie bouillonne en lui. Ainsi, la violence faite au monde extérieur est le reflet spectaculaire de la violence faite au monde intérieur. Il en résulte soit une violence explosive, exprimée sur les choses et les gens, soit une violence implosive, retournée contre soi. »

Une écoute sans jugement

La CNV permet de s’exprimer de façon simple et audible de tous, sans jargon technique, en encourageant son interlocuteur à nommer ce qu’il ressent. Elle devrait être enseignée dès le plus jeune âge à l’école, mais aussi auprès des responsables politiques, des décideurs, des managers et de tous ceux qui ont « besoin d’apprendre une nouvelle grammaire de la relation ». Pour éviter tous les malentendus créés par le fait de s’être mal exprimé, d’avoir été mal écouté, mal compris.

Bien qu’ayant exercé d’emblée un métier d’écoute, Thomas d’Ansembourg regrette de n’avoir jamais reçu, durant son cursus, de cours d’empathie, et ce constat vaut malheureusement pour les professions de soins, qui sont au cœur des relations aux autres, patients et clients. L’enseignement de l’empathie, de la CNV sont une nécessité quasi hygiénique pour préserver notre santé psychique, prévenir le burn-out et travailler sereinement. Pour bien soigner, il faut prendre soin de sa santé physique et psychique.

1 Pour se former : cnvformations.fr.

Pour en savoir plus :

- Cessez d’être gentil, soyez vrai ! de Thomas d’Ansembourg, édition illustrée, Les éditions de l’homme.

- La paix ça s’apprend ! de Thomas d’Ansembourg et David Van Reybrouck, Actes Sud.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr