La Semaine Vétérinaire n° 1804 du 30/03/2019

DOSSIER

TANIT HALFON 

La faune sauvage est souvent présentée comme un danger potentiel pour l’élevage, notamment en tant que réservoir possible d’agents pathogènes transmissibles aux animaux de rente, voire à l’être humain. Or, les échanges se font dans les deux sens, et il n’est pas rare qu’un foyer primaire soit domestique. Face à l’enjeu majeur de maintien d’une biodiversité en déclin, la question de la cohabitation entre élevages et faune sauvage n’a jamais été autant d’actualité.
Qu’est-ce que la biodiversité ? Si on s’en tient au plan1 de la France présenté en juillet 2018, il s’agit de « la richesse des espèces, des écosystèmes, leur diversité génétique et leurs interactions ». Elle y apparaît essentielle car elle fournit « un nombre incommensurable de services à nos sociétés ». Pour la « ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK