La Semaine Vétérinaire n° 1802 du 15/03/2019

NUTRITION

PRATIQUE CANINE

L'ACTU

MARINE GUEDE 

Si le métabolisme du chien s’est adapté à un régime riche en glucides, cette évolution n’est pas aussi aboutie chez le chat. Tous deux restent tributaires de l’apport nutritionnel en protéines, qui doivent être majoritairement d’origine animale chez le chat.
La domestication des carnivores domestiques, initiée il y a plus de 15 000 ans pour le chien et 5 000 ans pour le chat, a entraîné de profondes modifications d’ordre hormonal, comportemental et alimentaire, a rappelé Charlotte Devaux, titulaire du certificat d’études spécialisées (CES) de diététique canine et féline, à l’occasion d’une conférence organisée par Virbac le 13 mars à Paris. Une étape cruciale dans le processus de domestication du chien est l’amélioration de la digestion de l’amidon (le chien ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK