La Semaine Vétérinaire n° 1801 du 09/03/2019

DOSSIER

CHANTAL BÉRAUD 

Pour certains praticiens, les vétérinaires à domicile représentent un avenir pour la profession. Mais d’autres confrères, qui exercent en clinique, les considèrent plutôt comme des concurrents, qui en plus feraient parfois mal leur métier ! Entre ces deux tendances extrêmes, le vétérinaire à domicile peut certainement trouver sa juste et complémentaire place dans la chaîne des soins, dans des environnements urbains suffisamment denses.
Ils sont aujourd’hui six collaborateurs libéraux à travailler à domicile sur Narbonne (Aude) et sa région, au sein de Vetdom. Parmi eux, Emmanuel Faget, l’un des cofondateurs de l’Association des vétérinaires à domicile (Avad)1. Un choix d’exercice dans lequel il se plaît depuis 10 ans, après avoir travaillé durant six ans en clinique. Pourtant, le domicile n’est-il pas un exercice un peu solitaire ? « Je ne trouve pas, commente Emmanuel Faget. D’abord, j’aime conduire, sortir, et en voiture, aujourd’hui, ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr