La Semaine Vétérinaire n° 1800 du 02/03/2019

ACTU

On me demande souvent comment on devient vétérinaire “apidologiste”, joli néologisme qui définit intuitivement bien l’intérêt du pathologiste pour les apidés. C’est grâce à Monique L’Hostis, dans les années 1990, que j’ai rencontré mes premières abeilles, au rucher école de l’École nationale vétérinaire de Nantes (aujourd’hui Oniris), durant mes études. J’ai ensuite acquis une première colonie déclarée aux services vétérinaires qui cherchaient, à ce moment-là, un vétérinaire pour s’occuper du programme sanitaire d’élevage (PSE) de la Vendée. L’Administration m’a envoyé ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK