De la solution injectable au shampoing - La Semaine Vétérinaire n° 1798 du 16/02/2019
La Semaine Vétérinaire n° 1798 du 16/02/2019

PRODUITS VÉTÉRINAIRES

ACTU

Auteur(s) : MICHAELLA IGOHO-MORADEL  

Plusieurs produits viennent enrichir l’arsenal thérapeutique vétérinaire. En voici une sélection.

L’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV) a octroyé, en décembre dernier, des autorisations de mise sur le marché (AMM) pour plusieurs produits. Le laboratoire Dechra, par exemple, a obtenu une AMM pour son médicament Apovomin®, une solution injectable à base d’apomorphine. Ce vomitif destiné aux chiens se présente en ampoules de 5, 10 et 20 ml, qu’il convient de ne pas congeler mais de conserver au réfrigérateur à une température située entre 2 et 8 °C. Une fois ouvert, le flacon se conserve 28 jours.

Quelques nouveautés à venir

Autre produit qui bénéficie d’une nouvelle AMM, Clearium®, du laboratoire Virbac. Il s’agit d’un shampoing à base de chlorhexidine, indiqué chez les chiens pour le traitement des proliférations de Malassezia pachydermatis à la surface de la peau et l’amélioration des signes cliniques associés. Le shampooing doit être appliqué trois fois par semaine (soit trois séances de traitement) pendant deux semaines. « Si nécessaire, deux fois par semaine pendant deux semaines, et enfin une fois par semaine pendant deux semaines. Si nécessaire, une application supplémentaire peut être requise après évaluation du rapport bénéfice/risque et suivant les instructions du vétérinaire prescripteur », indique Virbac. Des précautions particulières sont à prendre par l’utilisateur du produit, car il peut provoquer une hypersensibilité à la suite d’un contact cutané et être irritant pour la peau. Parmi les nouveautés également : le Solupam®, dont l’AMM est détenue par le laboratoire Le Vet, racheté par Dechra. À base de diazépam, la solution injectable est indiquée pour la prise en charge des troubles convulsifs et des spasmes musculo-squelettiques d’origine centrale et périphérique, chez le chien et le chat. Elle peut également être utilisée dans le cadre d’un protocole préanesthésique ou de sédation.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr