La Semaine Vétérinaire n° 1793 du 13/01/2019

DOSSIER

AMANDINE GAUTIER ET TANIT HALFON 

La surveillance sanitaire en abattoir constitue une mission de service public. À ce titre, des vétérinaires officiels, assistés par des auxiliaires officiels, sont en charge de l’inspection des animaux vivants et des viandes. Malgré ces missions réglementées, les services vétérinaires ont un difficile équilibre à trouver.
L’enjeu sanitaire est particulièrement central en France, pays d’élevage. L’abattage y est une activité importante et la cible de politiques publiques. Ainsi, le mandat des agents des services vétérinaires en abattoir correspond-il à une mission régalienne de l’État prescrite par le droit. Pour autant, comme le souligne une récente thèse en sciences politiques, malgré des normes sanitaires qui apparaissent de plus en plus sophistiquées, l’inspection par les services de l’État est régulièrement pointée du doigt, et ce depuis son instauration ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK