La Semaine Vétérinaire n° 1792 du 06/01/2019

PHARMACOVIGILANCE

PRATIQUE CANINE

L'ACTU

MYLÈNE PANIZO  

Face à la méfiance grandissante des propriétaires envers les vaccins et à la surmédiatisation de leurs effets secondaires, il est essentiel de rappeler, sur la base de données scientifiques, que les effets indésirables graves sont extrêmement rares.
Lors du dernier congrès de l’Afvac à Marseille (Bouches-du-Rhône), en novembre 2018, notre consœur Justine Lohezic a présenté le résultat d’une étude rétrospective1 sur les effets indésirables graves des vaccins canins en France. Cette étude a été menée par l’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV), afin d’obtenir une réalité chiffrée sur la survenue d’événements graves post-vaccinaux chez les chiens. En France, environ 58 % des chiens sont vaccinés chaque année, 11 valences sont actuellement disponibles2. ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK