La Semaine Vétérinaire n° 1792 du 06/01/2019

PHARMACOVIGILANCE

PRATIQUE CANINE

L'ACTU

MYLÈNE PANIZO  

Face à la méfiance grandissante des propriétaires envers les vaccins et à la surmédiatisation de leurs effets secondaires, il est essentiel de rappeler, sur la base de données scientifiques, que les effets indésirables graves sont extrêmement rares.
Lors du dernier congrès de l’Afvac à Marseille (Bouches-du-Rhône), en novembre 2018, notre consœur Justine Lohezic a présenté le résultat d’une étude rétrospective1 sur les effets indésirables graves des vaccins canins en France. Cette étude a été menée par l’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV), afin d’obtenir une réalité chiffrée sur la survenue d’événements graves post-vaccinaux chez les chiens. En France, environ 58 % des chiens sont vaccinés chaque année, 11 valences sont actuellement disponibles2. ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr