Corps étranger - La Semaine Vétérinaire n° 1792 du 06/01/2019
La Semaine Vétérinaire n° 1792 du 06/01/2019

FILM

DITES-NOUS TOUT

Auteur(s) : MICHEL BERTROU 

Depuis ses documentaires jusqu’à cette seconde fiction (dix ans après Tulpan), le cinéma de Sergey Dvortsevoy, d’une spectaculaire authenticité, se dédie à la nature humaine… avec une présence constante des animaux, garants spontanés de la puissance de vie qui nous est commune. De manière très organique, sans compromis, le film confronte l’instinct maternel à celui de survie dans le contexte impitoyable d’une Moscou où s’accusent l’isolement des êtres et le délabrement moral. Le fait que des centaines de femmes kirghizes abandonnent chaque année leurs bébés dans les maternités de la capitale russe en motive la trame. Caméra à l’épaule, nous suivons une jeune immigrée de cette ancienne république de l’URSS, fiévreuse mais déterminée, qui, à peine accouchée, s’échappe seule de l’hôpital pour retourner à son travail dans un abattoir clandestin de volailles dont le responsable se volatilise avec le salaire qu’il lui devait. Sans papiers, perdant du sang, Ayka affrontera le froid et la neige pour mendier un autre emploi. Harcelée au téléphone, nous comprenons qu’elle est menacée si elle ne rembourse pas un prêt qu’elle avait sollicité à des compatriotes mafieux. Elle trouvera temporairement refuge chez un vétérinaire canin1 traitant mieux les animaux que ses employées. Sur la table de consultation, les piaillements d’une portée de chiots réveilleront son corps de mère… La suite confirmera que la nature reste la plus forte. Honorée à Cannes, l’implication de la comédienne y est impressionnante.

1 Un vétérinaire, rural et plus pittoresque, faisait déjà une apparition dans Tulpan (2008).

Ayka de Sergey Dvortsevoy, avec Samal Yeslyamova, Zhipargul Abdilaeva, David Alavverdyan, Sergey Mazur, Russie, 1 h 50, sortie le 16 janvier.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr