Applifarm à l’assaut des bovins - La Semaine Vétérinaire n° 1789 du 07/12/2018
La Semaine Vétérinaire n° 1789 du 07/12/2018

DONNÉES D’ÉLEVAGE

PRATIQUE MIXTE

L'ACTU

Auteur(s) : TANIT HALFON  

Applifarm est une plateforme de partage et de valorisation des données des élevages bovins laitiers de Bretagne. Un peu plus d’un an après son lancement, elle cherche à s’étendre à de nouveaux partenaires.

Afin de proposer de nouveaux services innovants aux éleveurs, les sociétés Neovia1, en partenariat avec Innoval, Eilyps, Cogedis et Adisseo2, ont lancé, en juillet 2017, la start-up Applifarm3. L’idée : faciliter et encadrer le partage des données entre les différents acteurs de l’élevage, via une plateforme numérique. En clair, la start-up propose de mettre en relation des fournisseurs de données, que sont les multiples entreprises partenaires des élevages, avec des prestataires de services, intéressés par l’acquisition d’un certain nombre de données. À la clé : la vente des données d’élevage, le vendeur décidant du prix des données qu’il fournit, pouvant varier de 50 centimes à 80 € par exploitation. « Applifarm se rémunère en frais techniques lors des transactions de données à hauteur de 5 % du prix auprès du fournisseur de données et de 15 % du prix d’achat auprès de l’acheteur », précise François Jankowski, vétérinaire et business developer d’Applifarm. La start-up se réclame ainsi du business model B to B : « Nos clients sont nos partenaires, et pas directement les éleveurs. » Pour l’instant, seules les données des élevages bovins laitiers de Bretagne sont échangées au sein de la plateforme. Environ 6 800 éleveurs sont concernés.

Un échange qui repose sur le consentement de l’éleveur

En pratique, les données collectées sont réparties par domaines, au nombre de 104. Elles peuvent être nominatives ou anonymes, ainsi que sensibles ou non sensibles. « Leur caractère sensible est défini par le fournisseur. Dans ce cas, l’accord de ce dernier est obligatoire afin que les données qu’il fournit puissent être achetées par une autre société, explique François Jankowski. Cela concerne notamment les données sanitaires, issues des activités de conseil en élevage, et un certain nombre de celles de Cogedis. » Lors d’une vente5, l’accord de l’éleveur est requis pour libérer les données. « Nous avons développé une application pour recueillir le consentement des éleveurs, en cas de vente de données nominatives pour la réalisation d’un service éleveur, poursuit le business developer. En revanche, pour les données anonymisées, ce consentement est recueilli dès la signature des contrats propres à chaque partenaire d’élevage, par l’intermédiaire d’une clause spécifiquement dédiée à l’utilisation des données anonymisées via Applifarm. » L’échange de ce type d’informations donnera lieu à des études big data. « En tant que société indépendante de nos actionnaires, Applifarm se veut un tiers de confiance entre des éleveurs qui ont accepté que leurs données soient partagées par des structures collectives et des sociétés qui vont en acheter », déclare François Jankowski.

Une volonté de développement

Outre la plateforme d’échange, la start-up propose aussi une offre de services, tels que la réalisation d’études big data ou le développement d’applications mobiles. « Nous avons terminé il a deux mois notre première étude, détaille François Jankowski. D’autres vont être lancées dans le courant de l’année 2019. » La start-up travaille aussi avec l’aval, dans un objectif de traçabilité des produits et de contrôle du respect des cahiers des charges. « Nous avons déjà collaboré avec un transformateur pour le suivi du temps du pâturage en exploitation. » L’année 2019 sera aussi celle d’une deuxième levée de fonds, afin d’accélérer le développement de l’entreprise, la première ayant permis de récolter 1,1 million d’euros en 2017. L’objectif : étendre la zone de fourniture de données, du point de vue géographique, mais aussi en collaborant avec de nouveaux partenaires d’élevage et en s’ouvrant à la filière bovin viande.

1 Société spécialisée en nutrition animale.

2 Société de services aux éleveurs regroupant Evolution (génétique et reproduction animale), BCEL Ouest (contrôle laitier) et GDS Bretagne (groupement de défense sanitaire) ; société de conseils en élevages bovins lait, viande, caprins, ovins ; société d’expertise comptable ; société spécialisée en additifs pour l’alimentation animale.

3 bit.ly/2G2dEkx.

4 Alimentation, comportement, économique, exploitation, génétique, inventaire, lait, production végétale, reproduction, sanitaire/santé.

5 Les données sont vendues sous forme de packs, correspondants à un ensemble de données cohérentes. Applifarm compte actuellement près de 135 packs de données.

LA SNGTV REJOINT APPLIFARM

Très récemment, la Société nationale des groupements techniques vétérinaires s’est ajoutée à la liste des partenaires d’Applifarm. « L’objectif est de donner la possibilité aux vétérinaires de récupérer des données, mais aussi de se faire rémunérer lorsqu’ils en fournissent, notamment celles des bilans sanitaires, via le logiciel Vetelevage », explique Jean-François Labbé, trésorier de la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV). Mais pouvoir disposer de données intéressantes est encore loin d’être acquis. « Actuellement, les données des registres sanitaires des éleveurs sont très peu numérisées, souligne Jean-François Labbé. En entrant dans le dispositif Applifarm, la SNGTV espère cependant créer un appel d’air auprès des vétérinaires, mais aussi des éleveurs. Car à terme, cela permettrait d’effectuer un réel suivi sanitaire permanent des élevages, ce qui est un vrai enjeu économique pour l’élevage et le vétérinaire rural. » D’autres usages peuvent également être imaginés, tels que la mise en œuvre d’un système de certification des élevages, reposant sur des critères comme le bien-être animal ou l’utilisation des antibiotiques. Pour la SNGTV, reste encore à répondre à la question de la rémunération des éleveurs lors des échanges de données.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr