Formation Varroa : l’heure du bilan - La Semaine Vétérinaire n° 1788 du 30/11/2018
La Semaine Vétérinaire n° 1788 du 30/11/2018

ABEILLE

PRATIQUE MIXTE

L'ACTU

Auteur(s) : TANIT HALFON  

Dans le cadre du plan national de lutte contre Varroa destructor, des formations ont été organisées pour les apiculteurs. Seuls 8 298 d’entre eux y ont été impliqués, au lieu des 13 986 attendus.

En septembre 2015, le Conseil national d’orientation de la politique de santé animale et végétale annonçait prioritaire la lutte contre Varroa destructor. Dans ce contexte, la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV) a eu la charge d’organiser des formations pour les apiculteurs. L’objectif : renforcer leurs connaissances pour améliorer le contrôle du parasite dans les ruches, et ainsi assurer une viabilité économique de la filière. « Au départ, nous visions 300 conférences, environ trois par département, et près de 14 000 participants, en France métropolitaine et sur l’île de la Réunion, a expliqué Monique L’Hostis, vétérinaire membre de la commission apicole de la SNGTV, lors des dernières journées vétérinaires apicoles, qui se sont déroulées les 11 et 12 octobre à l’école nantaise Oniris (Loire-Atlantique). Finalement, seules 154 conférences ont été organisées, pour 8 298 apiculteurs. »

Plusieurs zones blanches

Les formations ont été réalisées par 93 vétérinaires préalablement formés, et répartis sur l’ensemble du territoire. Pour autant, plusieurs zones n’ont pas été touchées : en Corse, par exemple, aucune formation n’a pu être lancée. De manière générale, « aucune organisation apicole n’a souhaité bénéficier de ces conférences, a ainsi souligné la conférencière. De plus, de nombreux contacts ont été difficiles à établir. » Par exemple, certains syndicats ne voulaient pas avoir affaire aux vétérinaires, ou encore des groupements de défense sanitaire refusaient qu’un vétérinaire différent du leur prodigue une formation. Malgré tout, les remontées de terrain ont révélé un certain succès. « Les vétérinaires-formateurs nous ont, par exemple, signalé que les apiculteurs amateurs étaient très attentifs et demandeurs de séances de ce genre, que les apiculteurs venaient en masse à la fin de l’exposé, que la présentation avait débouché sur une demande du même type pour la prochaine assemblée générale… », a énuméré la conférencière. Prochaine étape déjà en cours pour la SNGTV : l’organisation, sur le même principe, de conférences sur Aethina tumida, avec une prise en compte de tous les DROM1. À ce jour, 94 vétérinaires sont déjà formés.

1 Départements et régions d’outre-mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique et Mayotte).

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr