La Semaine Vétérinaire n° 1786 du 16/11/2018

DOSSIER

CLOTHILDE BARDE 

« Nous sommes dans une situation alarmante d’érosion de la biodiversité aux conséquences catastrophiques ». Tel est le constat dressé par de nombreux experts et scientifiques depuis quelques années. Face à cela, la prise de conscience écocitoyenne est de plus en plus forte et des mesures politiques se mettent en place. Cependant, elles restent encore actuellement difficilement transcrites en actes. Ainsi, les vétérinaires, qui devraient pourtant être les premiers acteurs sensibilisés à cette cause, doivent encore poursuivre leurs actions. Cela passera-t-il par une meilleure information et formation ?
L’inventaire de la biodiversité1, qui répertorie l’ensemble des formes de vie présentes sur Terre et des relations entre elles et leurs milieux (écosystèmes), est difficile à dresser. Cependant une chose est sûre : la Terre connaît actuellement une crise d’extinction massive (tant animale que végétale), qui peut être imputée, selon les scientifiques, au contexte culturel et socio-économique, notamment à l’expansion de l’espèce humaine (surexploitation et destruction d’habitats, pollutions ou encore introduction d’espèces concurrentes ou prédatrices, etc.). Or, la diversité du ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr