La Semaine Vétérinaire n° 1777 du 14/09/2018

DOSSIER

TANIT HALFON 

Les éleveurs s’équipent d’un nombre croissant de capteurs permettant de suivre l’état de leur cheptel. La conséquence : des mégadonnées qui, avec les avancées technologiques, deviennent valorisables, mais surtout monnayables. Face à ce nouvel enjeu économique, le vétérinaire rural cherche sa place… au risque de se voir exclu des élevages ?
àqui appartiennent les données d’élevage ? Aux agriculteurs, répond la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Au printemps, le principal syndicat agricole, en partenariat avec celui des Jeunes Agriculteurs, publiait la charte Data Agri1, qui place l’agriculteur (et l’éleveur) au centre des données d’élevage. «   L’agriculteur dispose d’un droit d’accès, de retrait et un droit à l’oubli au regard du traitement des données ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK