La Semaine Vétérinaire n° 1777 du 14/09/2018

Edito

TANIT HALFON 

La data serait le nouvel or noir. Avec elle, l’adage “mieux vaut prévenir que guérir” serait à son paroxysme. Car elle promet d’identifier les problèmes avant même qu’ils n’arrivent, d’anticiper les situations de crise, et de stopper les dépenses inutiles. En élevage, les promesses du big data agricole se manifestent par une prolifération d’outils numériques “vantant” aux éleveurs leurs services. Pourtant, les histogrammes, camemberts et autres représentations graphiques des performances d’élevage ne représentent pas grand-chose sans quelqu’un pour aider l’éleveur ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK