Soigner une poule NAC et productrice de denrées alimentaires - La Semaine Vétérinaire n° 1776 du 07/09/2018
La Semaine Vétérinaire n° 1776 du 07/09/2018

ANALYSE

PRATIQUE CANINE

Formation

La poule est de plus en plus présente dans les familles françaises. L’intérêt est, entre autres, la réduction du volume des déchets organiques usuellement mis à la poubelle et la production d’œufs consommés par le propriétaire. Et ceci est assez unique : pour la première fois un animal de compagnie est producteur de denrée alimentaire. Ce point est bien à prendre en considération lors de la prescription d’une thérapeutique pour ces animaux. Il convient en effet de s’assurer que les traitements proposés à ce nouvel animal de compagnie ne laissent pas de résidus dans les œufs consommés, résidus potentiellement dangereux pour le propriétaire-consommateur.

Une AMM “poule” n’est pas toujours adaptée

On ne peut prescrire pour ces animaux dont les produits sont destinés à la consommation que des médicaments ayant une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour la production concernée ou une prescription respectant la cascade. Il n’est ainsi pas forcément possible de prescrire un produit avec une AMM “poules” à des poules pondeuses. En effet, la désignation “poule” fait référence à l’espèce (Gallus gallus), mais pas à la poule qui fait l’œuf. De même, l’espèce cible mentionnée dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) peut mentionner “volailles”. Ceci ne permet pas automatiquement de prescrire pour des poules pondeuses ce médicament. Il convient donc de bien vérifier que la spécialité dispose d’une AMM pour l’espèce et un temps d’attente pour la production. Ainsi, tous les produits prescrits pour des poules pondeuses doivent avoir un temps d’attente œuf. Sinon, à la suite de l’administration d’un tel traitement, les œufs issus des animaux traités ne pourront plus jamais être consommés.

Par exemple, la spécialité Capizol© (lévamisole) est indiquée, parmi les espèces cibles, pour les volailles. Mais elle ne peut pourtant pas être prescrite pour une poule pondeuse. Il est en effet précisé dans les “Mises en garde particulières à chaque espèce cible” : « Ne pas utiliser chez les volailles pondeuses », et dans “Temps d’attente” : « Œufs : en l’absence de temps d’attente pour les œufs, ne pas utiliser chez les espèces productrices d’œufs de consommation, 4 semaines avant le démarrage de la ponte et pendant celle-ci ».

Il convient donc d’accorder une attention particulière aux mentions figurant dans le RCP du produit qui est prescrit aux poules pondeuses. Une vigilance doit être apportée lorsqu’un particulier souhaite traiter un lot de quelques “volailles”. S’assurer au préalable si ces volailles sont des poulets (de chair) ou des poules (pondeuses) ou un mélange des deux, la notion de “poule” sur une étiquette ou un RCP pouvant être ambiguë (espèce ou production). La majorité des produits de traitements ont un délai d’attente viande et peuvent être prescrits en poulet de chair, mais ont rarement des temps d’attente œufs. Il convient donc de séparer les deux catégories d’animaux lors de l’administration d’un traitement spécifique ou de choisir un produit ayant un temps d’attente pour les deux productions simultanées, ce qui est relativement rare.

Prescription “hors AMM” ?

En l’absence de produit disponible au cabinet, la cascade est souvent invoquée pour prescrire “hors AMM”. Pourtant, au nom de la cascade, tous les produits ne peuvent pas être prescrits, même en appliquant le délai d’attente forfaitaire œufs de 7 jours. En effet, pour pouvoir prétendre à la cascade, une molécule doit avoir une LMR pour la production donnée1. Ainsi, par exemple, l’amoxicilline n’a pas de LMR œuf et ne peut donc pas être prescrite “hors AMM” en poules pondeuses œufs de consommation. L’acide acétylsalicylique, molécule anti-inflammatoire “banale”, pour lequel il est mentionné “aucune LMR requise” précise cependant de la même façon : « Ne pas utiliser chez les animaux produisant des œufs destinés à la consommation humaine ».

Molécules disponibles

Le nombre de molécules soumises à ordonnance et utilisables pour les poules pondeuses est assez limité. Ainsi, les seules molécules antibiotiques ayant une spécialité avec une AMM et un temps d’attente œuf (tout le temps nul) sont la colistine, l’oxytétracycline, la chlortétracycline (mais pas la doxycycline), la phénoxyméthylpénicilline, la néomycine, la tylosine, la tiamuline et l’érythromycine. Les seules molécules contre les parasites internes ayant une spécialité avec une AMM et un temps d’attente œuf (nul) sont l’amprolium, le fenbendazole et le flubendazole (mais ni le lévamisole ni la pipérazine). Contre les ectoparasites, le recours au phoxime et au fluralaner est autorisé. La seule molécule avec une LMR œufs, mais sans spécialité à AMM poules pondeuses ni temps d’attente œuf est la pipérazine. Il n’existe pas de molécule anti-inflammatoire, expectorante, ou autre avec une AMM, ni même une LMR œuf.

Durée et calcul des doses du traitement

Le temps d’attente d’un produit est applicable si la prescription correspond au RCP. Par exemple, le médicament Tetratim® (oxytétracycline) dispose bien d’une AMM volaille avec un temps d’attente œuf de zéro jour. Il correspond à une utilisation selon les indications du RCP. Ainsi, le RCP du Tetratim© précise « durant 3 à 5 jours » quant à la durée d’administration. Si la prescription est faite pour une durée de 10 jours, le RCP n’est plus respecté, donc la cascade s’applique et le temps d’attente passe à 7 jours. De la même façon, le RCP du Tetratim® indique une posologie de 20 mg/kg d’oxytétracycline de poids vif et par jour. Une poule pesant 2 kg nécessite donc 40 mg par jour et donc 80 mg de Tetratim©. Cette dose peut être mélangée à une ration semi-humide. Elle peut aussi être administrée à l’eau de boisson. Cette poule buvant 200 ml par jour, il faudra donc 40/200 x 1 000 = 200 mg d’oxytétracycline (soit 400 mg de Tetratim©) dans un litre d’eau. Au-delà de cette dose, la prescription sera “hors AMM” et le temps d’attente œufs devra être de 7 jours.

1 Donnée disponible à l’adresse suivante :

bit.ly/2NSRvVe.

Pierre-David Gras Pierre-Yves Decaudin Praticiens à Chabeuil (Drôme).

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr