Le Grand Large, au plus près de ses clients - La Semaine Vétérinaire n° 1775 du 31/08/2018
La Semaine Vétérinaire n° 1775 du 31/08/2018

ÉQUIPEMENT

ÉCO GESTION

Auteur(s) : TEXTE ET PHOTOS DE FRÉDÉRIC THUAL 

Créée en avril 2018 à Pornic (Loire-Atlantique), la clinique vétérinaire du Grand Large est la première structure française à recevoir l’accréditation Cat Friendly Clinic Gold. Autre caractéristique : une utilisation intelligente et omniprésente des outils connectés au service de la proximité.

À l’exception d’un scanner, le plateau technique de la clinique vétérinaire du Grand Large est digne d’un centre hospitalier vétérinaire. L’effectif en moins. « On n’a pas voulu faire de concession », expliquent François-Xavier Bacot et Marie Benoit, deux vétérinaires lyonnais tombés amoureux de la Côte de Jade, en Loire-Atlantique. Au point d’acquérir l’ancien bâtiment des Assedic : un espace de plain-pied de 370 m², situé entre le centre-ville de la station balnéaire et la zone commerciale de l’Europe. Un lieu de passage doté d’un vaste parking. Tentant. Tant pis si l’allure extérieure ne fait pas rêver. C’est la seule compromission acceptée. Pour le reste, « c’est un projet global, familial et professionnel. On arrivait à un moment où l’on voulait une vie plus saine et s’occuper davantage de nos enfants de 3 et 5 ans », s’accordent les deux quadras que la construction d’une clientèle n’effraie pas. Et pour cause, tous deux ont déjà créé et exploité une clinique en partant de zéro. L’un à Jonage, l’autre à Charvieu-Chavagneux, aux abords de Lyon (Rhône). « On a mené une étude de marché, bâti un business model qui nous ont conforté dans notre décision », ajoute François-Xavier Bacot.

Une clinique hyperconnectée pour être proche de la clientèle

Lui, diplômé de l’École vétérinaire de Lyon, se passionne pour la médecine interne, l’imagerie médicale, la cardiologie, l’échographie, l’endoscopie, la cancérologie et la thérapie laser. Elle, formée à Maisons-Alfort, se réserve l’ophtalmologie, la dentisterie, la chirurgie des tissus mous et la physiothérapie. L’ensemble de ces savoir-faire a guidé la conception de la clinique. « Ce qu’on vou lait, avant tout, c’était une clinique multimédia et connectée pour pouvoir passer plus de temps auprès de la clientèle. D’avoir les outils pour lui expliquer », expose François-Xavier Bacot. Mais aussi que toutes les informations du dossier médical soient rapidement accessibles par un remplaçant. » C’est le cœur ou plutôt le cerveau de la clinique vétérinaire du Grand Large, équipée de neuf écrans TV de 60 cm, de deux box, dont une Apple TV pour permettre l’échange bidirectionnel des informations, en temps réel et par qui que ce soit d’autorisé. À son arrivée, chaque client doit s’identifier et renseigner l’objet de sa visite sur une borne à l’accueil. « C’est une application que nous avons créée avec un acteur lyonnais du digital et que nous mettons gratuitement à la disposition des vétérinaires, poursuit François-Xavier Bacot. Le système est simple, intuitif, mais surtout, cela nous permet de prendre la température de la clientèle. De savoir si elle est déjà venue, pourquoi, quand, de connaître sa perception du degré de gravité de la situation, et d’analyser le cas échéant la discordance entre la perception et l’état de l’animal. Cela nous aide à justifier des examens complémentaires et à pouvoir parler d’assurance. » S’il faut parfois tenir la main des visiteurs la première fois, ça fonctionne.

Des équipements de pointe

Chacune des trois salles de consultation est équipée d’un écran. Tout comme la salle d’imagerie, le laboratoire d’analyses, l’espace de soins, l’accueil, etc. « On a voulu offrir un plateau technique le plus qualitatif possible », dit-il, égrenant une radiographie à capteur plan, un échographe quatre sondes, une colonne de vidéo-endoscopie respiratoire et digestive, un appareil de vidéo-otoscopie interventionnelle, un détartreur polisseur Cocoon® Hygienist, un appareil de thermofusion tissulaire Ligasure®, un capnographe, deux appareils d’anesthésie gazeuse, des appareils de mesure de la pression artérielle et oculaire, une lampe à fente, une radio dentaire numérique, deux pompes à perfusion, un pousse-seringue et un laser thérapeutique. En cas de doute ou de besoin d’un avis complémentaire, les vétérinaires s’appuient sur la plateforme de téléradiologie vétérinaire Vedim, créée par Paul Barthez. Un ensemble d’équipements et d’attentions pour s’adapter au mieux à chaque animal, qui leur a valu d’atteindre la plus haute distinction du programme Cat Friendly Clinic 1.

1 Mis en place par la Société internationale de médecine féline (ISFM) et l’International Cat Care. 1 143 cliniques “cat friendly” sont recensées en Europe, dont 467 Gold. La France en dénombre seulement 14, dont 1 Gold.

CARACTÉRISTIQUES


•  Date de création : 23 avril 2018.

•  Statut juridique : SELARL au capital de 4 000 €.

• Activité : animaux de compagnie.

•  Horaires : du lundi au samedi de 8 h à 12 heures et de 15 h à 19 h (18 h le samedi).

•  Effectif : 2 vétérinaires et 1 ASV. Objectif : 3 vétérinaires et 3 ASV.

•  Superficie : 370 m².

•  Chiffre d’affaires : 302 000 €. Objectif : 450 000 €.

POINTS FORTS


• La qualité et la diversité des équipements.

• L’implantation sur un lieu de passage.

• Des places de parking gratuites.

•La sélection d’une ASV compétente et à l’écoute.

•Les perspectives ouvertes par l’appli Pré consult’.

POINTS FAIBLES


•Une clientèle à construire.

•L’architecture extérieure.

•Un pôle interactif qui mériterait d’être plus incitatif.

•Une population saisonnière à gérer dans une cité estivale.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr