« Notre démarche vise à construire une plateforme d’encadrement » - La Semaine Vétérinaire n° 1773 du 24/08/2018
La Semaine Vétérinaire n° 1773 du 24/08/2018

ENTRETIEN AVEC PIERRE-FRANÇOIS ISARD

ACTU

Auteur(s) : PROPOS RECUEILLIS PAR TANIT HALFON 

Le Syndicat des vétérinaires spécialistes français (SVSF) a récemment créé une structure pour accompagner les vétérinaires praticiens porteurs d’un projet de recherche clinique. Pierre-François Isard, spécialiste en ophtalmologie et président du syndicat, nous en explique son fonctionnement.

Pouvez-vous nous expliquer la démarche du syndicat ?

Actuellement, monter un projet de recherche clinique en établissement de soins vétérinaires relève du parcours du combattant. Face à ce constat, le syndicat a souhaité mettre en place une plateforme de conseils pour les praticiens intéressés par la recherche clinique. D’autant plus qu’en tant que syndicat de spécialistes il est de notre devoir de participer à tirer la profession vers le haut. Pour ce faire, un groupe d’experts bénévoles, issus de la recherche mais aussi de la pratique, aura la charge d’accompagner, notamment sur les aspects méthodologiques et réglementaires, tout praticien, spécialiste ou non, désireux de s’engager dans la recherche clinique, que ce soit pour déposer un brevet ou pour pouvoir publier dans une revue internationale référencée. Les projets de recherche, exposés en toute confidentialité et après une étape destinée à en garantir la paternité, pourront, par exemple, porter sur la validation de procédures médicochirurgicales, de nouveaux dispositifs médicaux, ou être en lien avec les médicaments vétérinaires, dans ce cas, en étroite collaboration avec le Syndicat de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires (SIMV).

Pourquoi viser le praticien ?

De par sa pratique quotidienne, c’est lui qui est au contact des besoins de la profession. De plus, à la différence des recherches réalisées dans le cadre de la recherche publique institutionnelle, les animaux inclus dans ces études sont ceux rencontrés en consultation, forcément plus représentatifs que les animaux de laboratoires. Le problème est qu’aujourd’hui, le vétérinaire porteur d’un projet de recherche clinique se heurte à l’absence de passerelles entre les différents secteurs d’activités professionnelles. Par notre démarche, nous souhaitons améliorer la communication entre ceux-ci, avec, à la clé, l’établissement de partenariats judicieux, par exemple, entre le secteur public et le praticien, pour mener à bien un projet.

Pour plus d’informations : contact@svsf.fr.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr