La Semaine Vétérinaire n° 1770 du 29/06/2018

DOSSIER

À la question : « Qu’y a-t-il de particulier dans une clinique réservée aux chats ? », les réponses sont à la fois singulières et semblables. C’est une clinique vétérinaire sans chiens, donc sans bruits et sans odeurs désagréables, un endroit où les chats ne stressent pas, donc griffent ou mordent rarement, et, surtout, ce sont des lieux où toute l’équipe est passionnée par le contact avec les félins, heureuse d’y consacrer tout son temps. Lorsqu’on interroge les praticiens félins, exclusifs ou “chamicaux”, les mots qui reviennent sont « plaisir » , « bonheur », « calme » et « sérénité ».
Le plaisir, c’est de passer ma vie au milieu des chats », estime Michèle Fradin-Fermé, qui fut la première à oser créer une clinique leur étant réservée, à Paris, en 1988. Une vision partagée par les praticiens des 12 cliniques vétérinaires réservées aux chats recensées aujourd’hui en France, indépendantes ou rattachées à une structure généraliste, sans oublier une consultation à l’École nationale vétérinaire de Toulouse, animée par Brice ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK