La Semaine Vétérinaire n° 1769 du 22/06/2018

DOSSIER

TANIT HALFON 

De l’avis du personnel des écoles nationales vétérinaires françaises, le budget alloué chaque année par le ministère de l’Agriculture est actuellement insuffisant, notamment au regard de la hausse du numerus clausus . Des voix s’élèvent pour alerter sur les conséquences possibles pour le maintien des accréditations et, plus globalement, pour la qualité de l’enseignement. Cette situation, hautement conflictuelle, interroge aussi sur les modalités pédagogiques.
En 1906, lors du 5e congrès national vétérinaire1, la Commission de réforme de l’enseignement, en la personne d’Adrien Lucet, de Courtenay (Loiret), présentait un rapport sur « l’étude des réformes à opérer dans les écoles vétérinaires en vue de mettre leur enseignement au niveau des exigences actuelles ; de donner une valeur universitaire au diplôme de fin ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK