La Semaine Vétérinaire n° 1769 du 22/06/2018

DROIT

ÉCO GESTION

FRANÇOISE SIGOT 

Plutôt que de subir les retards de salariés pour cause de grève ou d’aléas climatiques, mieux vaut anticiper. En effet, bien cadrées ces situations se gèrent la plupart du temps sans trop de difficultés.
Les grèves itératives de ces derniers mois ont remis la question au cœur de la pratique de beaucoup de dirigeants, y compris au sein des cliniques vétérinaires : est-il possible de sanctionner un salarié absent ou en retard ? Force est de constater que ces situations génèrent de la désorganisation, du ressentiment à l’égard des retardataires, bref, un terreau favorable au développement de conflits. Conflits qui n’ont pas lieu d’être si la loi est prise au pied de la lettre. ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK