La Semaine Vétérinaire n° 1768 du 14/06/2018

Edito

CLOTHILDE BARDE 

Face à de grandes difficultés de recrutement de salariés vétérinaires, les praticiens avancent souvent les mêmes hypothèses : ils seraient moins nombreux à vouloir exercer en clinique, moins motivés, peu conscients de la réalité du terrain, moins attirés par la rurale et moins prêts à faire des concessions par rapport à leur vie privée qu’auparavant. Mais n’y a-t-il pas d’autres explications possibles ? Une inadéquation entre les méthodes de recrutement des employeurs et celles des candidats pourrait-elle aussi entrer en ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK