Le rôle du zoo dans la conservation de la biodiversité - La Semaine Vétérinaire n° 1766 du 01/06/2018
La Semaine Vétérinaire n° 1766 du 01/06/2018

DÉCRYPTAGE

Auteur(s) : TANIT HALFON 

Au travers de programmes d’élevage, de recherche, mais aussi d’actions de sensibilisation auprès des visiteurs, les parcs zoologiques participent à la conservation des espèces animales, notamment menacées. Ils s’impliquent également dans des programmes de conservation sur le terrain, en apportant, entre autres, un soutien financier aux acteurs locaux.

En 1662, Louis xiv ordonnait la construction de la ménagerie de Versailles1, afin de pouvoir y admirer animaux exotiques et rares. Reflet de la grandeur de la Couronne, les ménageries, dont les premières traces en Europe remontent à la Rome antique, évolueront progressivement vers des lieux de distraction et d’instruction pour le grand public. Dans les années 1940, le rôle des zoos dans la protection des espèces est évoqué, mais repose encore sur des captures d’animaux dans leur milieu naturel2. Ce ne sera qu’à partir des années 1970 que se formaliseront et se développeront véritablement les missions des zoos dans la conservation des espèces. En 1972, à Jersey, le discours d’ouverture de la première conférence mondiale sur l’élevage en captivité des espèces menacées souligne que celui-ci ne doit être qu’une étape avant la « réintégration dans l’habitat naturel », introduisant ainsi le rôle du zoo en tant que centre de conservation. En 1973, une base de données internationale, l’International species information system (Isis), qui liste tous les animaux en captivité, est créée afin de faciliter l’organisation des plans d’élevage menés au sein des zoos. En 1993, la World Association of Zoos and Aquariums (Waza) et l’International Union for Conservation of Nature (IUCN) publient la première stratégie mondiale des zoos pour la conservation, qui sera actualisée3 en 2004. En 1999, la première directive européenne sur les zoos est présentée et sera transposée en France par l’arrêté4 du 25 mars 2004. Y sont notamment détaillées les obligations en matière d’actions de conservation de la diversité biologique. En 2002, face aux difficultés croissantes des programmes de conservation in situ (dans le milieu naturel), l’IUCN propose un guide de recommandations4 pour la conservation ex situ (hors du milieu naturel). Aujourd’hui, dans un contexte de perte massive de la biodiversité faisant craindre une sixième extinction de masse, les zoos apparaissent comme des acteurs indispensables pour la conservation des espèces et, plus globalement, de la biodiversité.

1 bit.ly/2Lrctts.

2 bit.ly/2GP0VwC.

3 bit.ly/2GQ2Gtv.

4 bit.ly/2ktMfKR.

5 bit.ly/2LtN6aG.

Autres sources : Muséum national d’histoire naturelle (bit.ly/2GNs8ji).

Merci à Cyril Hue, vétérinaire au Zoo de La Flèche, et à Cécile Erny, directrice de l’Association française des parcs zoologiques (AFDPZ), pour leur aide.

QUELQUES DÉFINITIONS

- Conservation : selon l’arrêté1 du 15 mars 2004, le terme regroupe « toutes les opérations qui contribuent à la préservation des espèces animales sauvages, que leurs populations se trouvent dans leur milieu naturel ou hébergées en captivité ». Selon la World Association of Zoos and Aquariums (Waza), il s’agit de la « sécurisation à long terme des espèces dans des habitats et des écosystèmes naturels, partout où cela est possible ».
- Conservation ex situ : toutes les actions de conservation menées en dehors de l’habitat normal d’une espèce. Dans ce cadre, les populations ex situ doivent être de taille suffisante pour conserver 90 % de la diversité génétique d’origine pendant 100 ans.
- Conservation in situ : actions de conservation menées sur le terrain, au niveau de l’habitat sauvage habituel d’une espèce, via une approche globale, incluant la sensibilisation des populations locales aux enjeux de la biodiversité.
- Réintroduction : tentative de réimplanter un taxon dans une région qui faisait autrefois partie de son habitat historique, mais de laquelle il a été éliminé ou a disparu.
- Renforcement : introduction de nouveaux individus dans une population, généralement pour augmenter la diversité génétique dans des petites populations isolées et potentiellement consanguines.

1 bit.ly/2LtN6aG.
AFDPZ : Association française des parcs zoologiques.
EAZA : European Association of Zoos and Aquaria, Association européenne des zoos et aquariums.
EPP : Europaïsche Erhaltungszucht Programm, programme européen d’élevage.
ESB : European studbook, studbook européen.
Isis :International Species Information System, Système international d’information sur les espèces.
IUCN : International Union for Conservation of Nature.
RCP : regional collection plans, plans de collection régionale.
TAG : taxon advisory group, groupe consultatif de taxon.
Zims :Zoological Information Management System, Système de gestion de l’information zoologique.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr