La Semaine Vétérinaire n° 1766 du 01/06/2018

DÉPISTAGE

PRATIQUE CANINE

L'ACTU

MYLÈNE PANIZO  

Établir une prédisposition à une maladie (voire la diagnostiquer), gérer au mieux les reproductions, déterminer les profils sanguins pour éviter les incompatibilités lors de transfusion, telles sont les applications des tests génétiques. Ceux-ci sont appelés à se développer dans les années à venir et contribueront alors à une médecine personnalisée.
L’utilisation de la génétique permet de développer des outils pratiques en clinique, au service de la médecine préventive. Le chat a été moins étudié que le chien dans ce domaine. Le premier séquençage du génome d’un chat a été réalisé en 2007. À ce jour, 62 mutations ont été identifiées chez cette espèce (contre 232 chez le chien). Cependant, la recherche en génétique féline s’accélère grâce aux progrès techniques permettant notamment une meilleure qualité du séquençage, comme l’a expliqué Marie ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK