La Semaine Vétérinaire n° 1765 du 25/05/2018

DOSSIER

Face à leur difficulté pour recruter de jeunes confrères et consœurs salariés ou associés, les praticiens déplorent, notamment, une mauvaise sélection à l’entrée des écoles vétérinaires. Afin de répondre aux attentes de la profession, et bien que le problème de manque de main-d’œuvre en pratique soit multifactoriel, une réflexion est actuellement engagée sur ce sujet. Petit tour d’horizon non exhaustif des problèmes soulevés et des idées avancées.
Les quatre directeurs des écoles nationales vétérinaires (ENV) françaises affirment d’une même voix que le problème du recrutement en jeunes confrères ou consœurs dans les cabinets vétérinaires est plurifactoriel et compliqué. « Nous devons caractériser ce problème pour chercher des solutions adaptées, annonce Isabelle Chmitelin, directrice de l’ENV de Toulouse (Haute-Garonne), et coprésidente du jury du concours d’accès aux écoles vétérinaires et agronomiques. C’est l’objet de deux thèses en cours pour comprendre, d’une part, pourquoi des offres d’emploi restent non ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK