La Semaine Vétérinaire n° 1761 du 27/04/2018

DROIT

ÉCO GESTION

CÉLINE PECCAVY 

Voici une première position judiciaire sur la définition d’éleveur et de vendeur professionnels de chiens et de chats, par le tribunal d’instance du Muret (Haute-Garonne).
L’enjeu est toujours de taille : celui qui est professionnel, au sens de la loi, doit, en tant que vendeur, la garantie de conformité, et celle-ci est encore actuellement la plus dangereuse pour le cédant. Le Code rural et de la pêche maritime ne donne aux acquéreurs de chiens et de chats que 30 jours pour agir. Les négociations, les pourparlers, les lettres de mise en demeure n’ont nullement le pouvoir de prolonger ce délai. À 30 jours, le couperet ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK