La Semaine Vétérinaire n° 1759 du 06/04/2018

MÉDECINE COMPLÉMENTAIRE

ACTU

MICHAELLA IGOHO-MORADEL 

L’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) se penche sur certaines plantes de première priorité, afin de favoriser la fixation de limites maximales de résidus.
En septembre dernier, lors de la première édition de sa journée de rencontre avec les différents acteurs de la santé animale, l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) notait le fort engouement de certains vétérinaires et des propriétaires pour les produits dits naturels. Malgré cette tendance, les demandes d’autorisation de mise sur le marché (AMM) des laboratoires n’affluent pas auprès de l’agence. Il s’agit, par exemple, de la phytothérapie. En cause, notamment, l’absence de limites maximales de résidus (LMR), pour les ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK