Utilisation des émulsions lipidiques lors d’intoxication - La Semaine Vétérinaire n° 1758 du 06/04/2018
La Semaine Vétérinaire n° 1758 du 06/04/2018

CONFÉRENCE

PRATIQUE CANINE

Formation

Auteur(s) : GWENAËL OUTTERS 

Une émulsion est une dispersion de deux milieux non miscibles, le plus souvent un milieu aqueux et un autre lipidique. Leur mélange est réalisé par action mécanique ou par des ultrasons ; il est stabilisé par l’ajout d’un agent émulsifiant, la lécithine d’œuf, molécule amphotère et amphibie. Des études chez le rat et chez le chien ont montré l’efficacité des émulsions lipidiques dans la prise en charge des effets secondaires cardiaques et nerveux des anesthésiques locaux. C’est aujourd’hui un traitement reconnu en médecine humaine dans cette indication.

Mécanisme d’action

Plusieurs hypothèses de mécanisme d’action ont été évoquées, la plus plausible est aussi la plus simple : la théorie du siphon lipidique. Un compartiment lipidique se constitue, dans lequel les molécules toxiques lipophiles se dissolvent de façon préférentielle. Ainsi, ces molécules ne sont plus disponibles pour s’attacher sur le site d’action, le système nerveux ou le cœur.

Indications

Les émulsions lipidiques peuvent traiter toutes les intoxications concernant les molécules lipophiles, dont la liste est longue : anesthésiques locaux, antidépresseurs, médicaments de l’humeur, beaucoup de molécules cardiaques (ß-bloquants, inhibiteurs calciques), nombre d’insecticides et d’antiparasitaires (avermectines, milbémycine), etc. De façon générale, pour toute molécule ayant une toxicité cardiaque ou nerveuse, il est probablement intéressant d’utiliser les émulsions lipidiques pour traiter l’intoxication. Depuis 2009, de nombreuses publications vétérinaires sont disponibles. Une thèse menée au centre antipoison d’Oniris évoque les motifs de leur non-utilisation : ignorance des effets, absence de stock, conditions d’approvisionnement1, prix.

Protocole

Le protocole fait appel aux émulsions lipidiques destinées à l’alimentation parentérale, concentrées à 20 %. Actuellement, le Médialipide® 20 %, par exemple, peut être commandé auprès des pharmacies d’officine ou directement chez B. Braun Medical. Le prix est de 26 € HT la poche de 250 ml, ce qui est largement suffisant pour traiter tous les animaux. « Ce prix n’est pas élevé par rapport aux bénéfices apportés et aux économies d’hospitalisation réalisées », souligne le conférencier. Le produit s’administre par voie intraveineuse, par bolus de 2 ml/kg d’émulsion à 20 % renouvelé éventuellement au bout de 30 minutes (ou prolongé par une perfusion continue à 0,25 ml/kg/min pendant 30 à 60 minutes), selon les conseils du conférencier (les dosages des données scientifiques publiées sont disparates). Des auteurs parlent d’une dose de 8 ml/kg à ne pas dépasser, sans qu’aucune raison soit évoquée. Le flacon doit être jeté dans les 24 heures après ouverture. Les traitements conventionnels, spécifiques ou non (vomissements, antidotes, traitements anticonvulsivants, etc.), sont également appliqués.

1 Voir La Semaine Vétérinaire n° 1689 du 30/9/2016, page 23.

Jack-Yves Deschamps Professeur en urgences et soins intensifs à Oniris. Article rédigé d’après une présentation faite lors du congrès de l’Afvac à Nantes (Loire-Atlantique), en novembre 2017.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr