La Semaine Vétérinaire n° 1755 du 15/03/2018

PHYTOTHÉRAPIE VÉTÉRINAIRE

ACTU

CLOTHILDE BARDE  

Le 8 mars dernier s’est tenue à Maisons-Alfort une réunion entre les principaux acteurs de la phytothérapie vétérinaire. Un constat s’impose : les freins au développement de cette pratique sont encore nombreux.
Les médicaments vétérinaires, caractérisés par leur allégation thérapeutique, désignent à la fois l’allopathie, l’homéopathie et les médicaments traditionnels à base de plantes ou la phytothérapie. Ils doivent tous être prescrits par un vétérinaire (automédication interdite) et sont soumis à une autorisation de mise sur le marché (AMM). Face à ce constat réglementaire, le statut de la plante a fait l’objet d’une réunion, le 8 mars, organisée par l’Association française des vétérinaires phytothérapeutes (AFVP), au sein du service de pharmacie de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr