La Semaine Vétérinaire n° 1755 du 15/03/2018

PHYTOTHÉRAPIE VÉTÉRINAIRE

ACTU

CLOTHILDE BARDE  

Le 8 mars dernier s’est tenue à Maisons-Alfort une réunion entre les principaux acteurs de la phytothérapie vétérinaire. Un constat s’impose : les freins au développement de cette pratique sont encore nombreux.
Les médicaments vétérinaires, caractérisés par leur allégation thérapeutique, désignent à la fois l’allopathie, l’homéopathie et les médicaments traditionnels à base de plantes ou la phytothérapie. Ils doivent tous être prescrits par un vétérinaire (automédication interdite) et sont soumis à une autorisation de mise sur le marché (AMM). Face à ce constat réglementaire, le statut de la plante a fait l’objet d’une réunion, le 8 mars, organisée par l’Association française des vétérinaires phytothérapeutes (AFVP), au sein du service de pharmacie de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK