La Semaine Vétérinaire n° 1752 du 16/02/2018

FAUNE SAUVAGE

PRATIQUE MIXTE

L'ACTU

SERGE TROUILLET 

Des chercheurs ont mis en évidence que les chevreuils ne sont pas, comme on le pensait jusque-là, la principale source d’infection des tiques par des souches pathogènes pour le bétail et l’homme.
Dans le cadre d’un projet de l’Agence nationale de la recherche (ANR), qui s’intéressait de manière large à l’influence de la structure du paysage sur la dissémination des pathogènes et des parasites, une étude a été menée, par des chercheurs1 de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), de VetAgro Sup et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), sur la bactérie Anasplasma phagocytophilum, dans le prolongement d’une thèse qui lui avait été spécifiquement consacrée. Ce micro-organisme, transmis par ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK