La Semaine Vétérinaire n° 1752 du 16/02/2018

FISCALITÉ

ÉCO GESTION

CLARISSE BURGER 

La forme juridique d’une entreprise conditionne le régime d’imposition fiscale des bénéfices du dirigeant et des associés. Pour autant, est-elle adaptée à l’évolution de son activité et de ses revenus ? Le point avec Julien Allspach, chef de groupe au cabinet d’expertise comptable Optimys Expertise SAS.
Quelle structure sociétaire faut-il privilégier, lorsque l’on est chef d’entreprise vétérinaire ? Une société par actions simplifiée (SAS), une société d’exercice libéral par actions simplifiée (Selas) ou bien une société d’exercice libéral à responsabilité limitée (Selarl), par exemple ? La question du choix de la forme juridique de sa clinique et des régimes d’imposition (à condition que le statut sélectionné laisse le choix), en fonction de son exercice, demande réflexion. Certains professionnels libéraux ont eu ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK