Utilisations et limites des colloïdes - La Semaine Vétérinaire n° 1750 du 03/02/2018
La Semaine Vétérinaire n° 1750 du 03/02/2018

SYNTHÈSE

PRATIQUE CANINE

Formation

Auteur(s) : MARINA DOMINGUEZ RUIZ   

Les colloïdes sont des macromolécules hydrophiles qui ont la capacité d’augmenter la pression oncotique intravasculaire. Dans le cas d’un endothélium vasculaire intact, ils possèdent un meilleur effet oncotique, et de plus longue durée, que les cristalloïdes. Ils sont souvent utilisés dans les protocoles de réanimation des patients critiques, mais, jusqu’à aujourd’hui, aucun consensus n’a été publié sur leur usage en médecine humaine ou vétérinaire. Une conférence présentée lors du dernier congrès de l’Ecvim1, en septembre 2017, a permis de faire une revue des effets indésirables associés à l’emploi des colloïdes en médecines humaine et vétérinaire.

Produits sanguins

Plasma frais congelé

Le plasma frais congelé contient de l’albumine, des facteurs de coagulation, des macroglobulines, de l’antithrombine et du fibrinogène. L’albumine génère 80 % de la pression oncotique intravasculaire, ce qui en fait le colloïde de référence pour les produits synthétiques. L’utilisation de plasma frais congelé nécessite un volume d’environ 25 ml/kg pour augmenter l’albuminémie de 0,5 g/dl seulement. Une étude rétrospective chez des chiens et des chats traités avec du plasma frais congelé n’a pas montré une hausse de l’albuminémie ni un meilleur pronostic.

Albumine sérique humaine

L’albumine sérique humaine (HSA) présente seulement 79 % d’homogénéité avec l’albumine canine. Elle est disponible en solutions de 5 % et de 25 %. L’administration du produit à cette dernière concentration a été associée à une réaction d’hypersensibilité sévère (choc anaphylactique, œdème pulmonaire, arythmie ventriculaire et arrêt cardiaque). En revanche, ces effets n’ont pas été observés avec une solution de 5 % d’HSA. L’administration d’HSA à 5 % doit être limitée à des patients en hypoalbuminémie et en hypotension, réfractaires aux autres thérapies. Elle ne doit être utilisée qu’une unique fois dans la vie d’un animal et il convient d’informer les clients de la possibilité de réactions à médiation immune retardées.

Albumine sérique canine

L’albumine sérique canine (CSA) a été utilisée dans une seule étude prospective incluant 14 chiens atteints de péritonite septique. Sept chiens ont reçu cette solution et les sept derniers ont bénéficié d’autres traitements. L’administration de CSA a permis une augmentation de l’albuminémie, de la pression oncotique et de la pression artérielle systolique postopératoire. Une corrélation positive entre l’albuminémie et la survie a été identifiée. Un chien du groupe “CSA” est mort 120 heures après la transfusion, les six autres ont survécu. Ce produit induit peu de réactions d’hypersensibilité. Il est indiqué chez les chiens dont l’expression clinique correspond à une hypoalbuminémie et/ou en état de choc réfractaire.

Sang frais

La transfusion de sang frais est utilisée exclusivement chez les patients qui présentent une expression clinique d’anémie et/ou de coagulopathie ou d’hypoalbuminémie.

Produits synthétiques

Solutions d’hydroxy-éthylamidon

Les solutions d’hydroxy-éthylamidon (ou hetastarch, ou HES, Voluven®) sont les plus utilisées en raison de leur capacité à augmenter le volume intravasculaire sans réaction d’hypersensibilité rapportée. En revanche, d’autres effets secondaires, comme un dysfonctionnement des plaquettes et/ou de la coagulation, une insuffisance rénale aiguë (IRA) et une augmentation de la mortalité chez des patients septiques, ont été rapportés en médecine humaine. Quatre études rétrospectives chez des chiens et des chats n’ont pas pu démontrer une IRA ou une augmentation de la mortalité après une administration de 6 % HES 130/0,42. En revanche, une étude a décrit une hausse du risque de mortalité et d’IRA chez les chiens recevant 1 % d’HES 250/0,52.

Dextrans et gélatines

L’utilisation des dextrans et des gélatines a été associée à des réactions d’hypersensibilité qui ont mené à leur remplacement par les HES.

1 European College of Veterinary Internal Medecine.

2 130 (250) correspond au poids moléculaire de l’HES en KDa et 0,4 (0,5) aux unités de glucose remplacées par des unités d’HES.

Source : article rédigé d’après la conférence de Katja-Nicole Adamik, « Colloids in small animals - what’s the evidence ? », présentée au congrès de l’Ecvim en septembre 2017 à Malte et les articles suivants : Wong C., Koenig A. The colloid controversy : are colloids bad and what are the options ? Vet. Clin. North Am. Small Anim. Pract. 2017;47(2):411-421 ; Craft E. M., Powell L.L. The use of canine-specific albumin in dogs with septic peritonitis. J. Vet Emerg. Crit. Care (San Antonio). 2012;22(6):631-639.

Retrouvez les références bibliographiques de cet article sur bit.ly/2DZEnN4

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr