La clinique Apyvet tire parti de la coopération de ses équipes - La Semaine Vétérinaire n° 1748 du 19/01/2018
La Semaine Vétérinaire n° 1748 du 19/01/2018

ÉQUIPEMENT

ÉCO GESTION

Auteur(s) : TEXTE ET PHOTOS DE SERGE TROUILLET 

S’appuyant sur une activité de référé local importante, soit 40 % de son chiffre d’affaires, la clinique canine briviste Apyvet s’applique à maintenir ses positions dans un environnement de concurrence active.

La clinique vétérinaire Apyvet, à Brive-La-Gaillarde, et le cabinet Bernou, à Saint-Pantaléon-de-Larche, en Corrèze, à un quart d’heure l’une de l’autre, sont gérés par quatre associés à Brive, Christian Meunier, le propriétaire des murs, ainsi que Maïwenn Le Bronec et Priscilla Dederen, les deux dernières arrivées ; à “Saint-Pan”, Éric Bernard, propriétaire des murs et vice-président du conseil régional de l’Ordre des vétérinaires de Nouvelle-Aquitaine. Tous cultivent l’humilité ambitieuse ou l’ambition humble, un oxymore qui traduit la situation d’entre-deux dans laquelle évolue cette structure canine : davantage généraliste, mais pas tout à fait spécialiste. Le résultat d’une situation géographique qui ne permet pas l’établissement des structures les plus en pointe, mais qui offre un cadre de vie propre à l’épanouissement professionnel de qui sait l’apprécier.

Une complémentarité précieuse

Avec un ensemble de compétences complémentaires (ophtalmologie, orthopédie, médecine interne, échographie, acupuncture), l’association offre un service de référé local apprécié des confrères. « Nous sommes présents pour répondre à la grande majorité des besoins des gens qui vivent alentour. Beaucoup ne peuvent se déplacer trop loin. Et lorsque nous atteignons nos limites, moins d’un cas par semaine, nous référons à notre tour sans hésitation à Bordeaux, à deux heures de route. Cette démarche est bien comprise de notre clientèle, qui nous gratifie de sa confiance », se félicite Maïwenn Le Bronec.

Le plateau technique est adapté à cette ambition raisonnée, et ne procède nullement d’un investissement démesuré. C’est ainsi que sont externalisées, quand c’est nécessaire, la réalisation et la lecture de scanners. Une organisation de travail basée sur la coopération et dans la bonne humeur. C’est une chance, que mesurent Maïwenn Le Bronec et Priscilla Dederen, d’avoir développé une réelle complicité de travail entre médecine interne, pour la première, et chirurgie, pour la seconde.

Il s’agit là de l’essentiel des référés d’Apyvet. « Je n’ai jamais travaillé de manière aussi fusionnelle professionnellement », lâche la première ; « Tout ce qu’elle déteste, j’adore, et réciproquement. Aussi, aucune n’a un œil critique sur le travail de l’autre. Nous sommes hypercomplémentaires », surenchérit la seconde. Leur aîné, Christian Meunier, a choisi de travailler seulement deux jours et demi par semaine, les deux jeunes mamans sont les plus présentes à la clinique aux pratiques professionnelles de laquelle elles impriment ainsi davantage leur volontarisme. Elles les ont rajeunies, rendues plus protocolaires, en s’appuyant sur les formations, sur les normes gold standard.

Une coopération équilibrée des équipes

Dans leur démarche coopérative, elles s’appuient aussi sur la complicité avec Emmanuelle Joubert, vétérinaire salariée qui a intégré la structure début 2017 en vue d’association : « Nous y tenons. Elle insuffle beaucoup de bonne humeur dans la structure. Son arrivée a été un vrai bonheur car elle nous a permis d’alléger notre charge de travail. » Complicité également avec les auxiliaires spécialisées vétérinaires (ASV), même si elle n’abolit en rien la hiérarchie. Elles ont contribué à mettre en place un tour de garde commun sur Brive, ce qui leur permet de n’assurer qu’une garde sur 13.

Reste le projet d’agrandissement à l’arrière du bâtiment, pour se doter d’une troisième salle de consultation et d’un chenil de réveil ; ou, mieux encore, celui d’un déménagement dans une nouvelle structure à Brive, plus grande et plus fonctionnelle, dans l’objectif de ménager leur avenir professionnel. Le projet, pas encore abouti fin 2017, réclame l’unanimité des associés, qui fait encore aujourd’hui défaut.

CHIFFRE D’AFFAIRES


•  950 000 € (exercice mars 2016-mars 2017. En progression constante d’environ 4 % par an).

CARACTÉRISTIQUES


•Statut juridique : société d’exercice libéral à responsabilité limitée (Selarl) pour la société vétérinaire ; société civile immobilière (SCI) pour chacun des deux bâtiments, à Brive-la-Gaillarde et à Saint-Pantaléon-de-Larche.

•Activité :100 % canine.

•Horaires :8 h-12 h 30 et 13 h 30-19 h du lundi au vendredi ; 8 h 30-12 h 30 et 13 h 30-18 h 30 le samedi ; service de gardes partagées sur la ville de Brive.

•Effectif :quatre associés et une salariée, pour les vétérinaires ; six auxiliaires spécialisées vétérinaires (ASV).

POINTS FORTS


•  Pluridisciplinarité et complémentarité des compétences.

• Apport professionnel des cas de référés.

• Plateau technique de bonne facture.

• Ambiance de travail.

• Confiance de la clientèle.

POINTS FAIBLES


•  Manque de fonctionnalité d’un bâtiment un peu vieillot, à Brive (celui de Saint-Pantaléon-de-Larche est récent).

•  Exiguïté des locaux (et du parking) justifiant l’étude d’un projet d’agrandissement ou de déménagement.

•  Absence d’unanimité, à ce jour, sur la stratégie à suivre pour le développement de l’entreprise.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr