La Semaine Vétérinaire n° 1748 du 19/01/2018

BIODIVERSITÉ

PRATIQUE CANINE

L'ACTU

ANNE-CLAIRE GAGNON 

Chasseurs de petits rongeurs et d’oiseaux par excellence, les chats sont souvent accusés de tous les maux par les amis de la petite faune sauvage. Autant la chasse des souris est admise, autant celle des oiseaux, pourtant minoritaire (24 % des proies), choque propriétaires et non-propriétaires.
Depuis les années 1990, des études se sont intéressées à l’impact des populations de chats errants sur la petite faune sauvage, notamment dans des lieux géographiques protégés, comme des îles, ou encore en Australie, où le chat ne faisait pas partie de la faune native. Les constats de prédation, essentiellement sur les rongeurs et les petits mammifères, mais aussi sur les oiseaux, ont conduit l’Association des praticiens félins américains à prendre une position dès 2007, actualisée en 2013, au moment ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK