La Semaine Vétérinaire n° 1747 du 13/01/2018

PROTECTION ANIMALE

SERGE TROUILLET 

Dans le cadre d’un grand plan national de rénovation des refuges engagé par la Société protectrice des animaux en 2014, celui de Malitourne à Luynes, en Indre-et-Loire, sort de longs mois de travaux pour améliorer le confort des animaux. Outre de nouveaux parcs de détente pour les chiens et des locaux rénovés pour les chats, Malitourne dispose dorénavant d’un local vétérinaire.
La Société protectrice des animaux (SPA) internaliserait-elle progressivement le service vétérinaire dans ses structures ? « Assurément non, objecte Stéphanie Verdu, vétérinaire référente de l’association. Nous n’avons pas de politique proactive en faveur de vétérinaires salariés dans nos structures. La plupart d’entre elles fonctionnent avec le concours de praticiens libéraux et nous nous en félicitons. Pour autant, lorsqu’un refuge, qui plus est quand il fait également office de ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK