La profession se mobilise contre les dérives de la sélection de chiens brachycéphales - La Semaine Vétérinaire n° 1739 du 09/11/2017
La Semaine Vétérinaire n° 1739 du 09/11/2017

ÉTHIQUE

PRATIQUE CANINE

L'ACTU

Auteur(s) : KARIN DE LANGE 

La sélection à grande échelle de phénotypes hypertypés et ses conséquences inquiètent les vétérinaires. Des experts ont émis des recommandations à ce sujet lors du dernier congrès WSAVA/Fecava.

Ce rtaines races de chiens brachycéphales sont malheureusement en forte demande, en raison d’une mode souvent lancée par certains acteurs et autres célébrités », regrette Monique Megens, ancienne présidente de la Federation of European Companion Animal Veterinary Associations (Fecava), modératrice de la session dédiée à la problématique de l’hypertype de ces chiens, à l’occasion du congrès conjoint de la World Small Animal Veterinary Association (WSAVA) et de la Fecava, en septembre dernier1. Au Royaume-Uni, par exemple, le nombre de bouledogues français inscrits au Kennel Club s’est accru d’un facteur 40 en seulement dix ans. « Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, car le nombre de chiens provenant de sources inconnues est bien plus élevé », déplore-t-elle. D’autres participants ont confirmé cet engouement pour les races “à face plate”. « Vu le nombre de chiens que je vois au quotidien pour des opérations du palais mou et d’élargissement de narines, je suis au premier rang pour constater l’explosion en popularité des chiens brachycéphales », témoigne notre confrère Laurent Findji, spécialiste européen en chirurgie et employé dans un grand hôpital vétérinaire outre-Manche. Cette évolution inquiète la profession, qui estime qu’il est temps d’agir.

Des initiatives déjà en place

Les stratégies sur la façon dont la profession peut aider à résoudre ce problème ont ainsi été débattues. Notre consœur Helle FriisProschowsky (Danemark) explique que l’union des sociétés cynologiques scandinaves ont élaboré des recommandations pour des juges, mais a reconnu que la plupart des chiens brachycéphales ne sont sans doute pas inscrits au livre des origines. Peter Sandøe (Danemark) confirme que seulement 15 % des bouledogues français y sont inscrits, la majorité « provenant d’éleveurs non professionnels ». Gudrun Ravetz, ancienne présidente de la British Veterinary Association (Royaume-Uni), précise que, dans son pays, les vétérinaires et le Kennel Club ont créé un site où les praticiens peuvent notifier toute chirurgie altérant la conformation physique ainsi que toute césarienne. « Les vétérinaires doivent oser s’exprimer, a commenté Kristin Wear Prestrud (Norvège), vétérinaire et conseillère scientifique auprès de la société cynologique norvégienne. C’est notre devoir d’éduquer les propriétaires, qu’il s’agisse d’obésité ou d’une recommandation de reproduction pouvant aller jusqu’au refus d’une césarienne “planifiée”. »

Torill Moseng, présidente de l’association norvégienne des vétérinaires, a présenté quelques initiatives prises dans son pays, comme l’appel aux annonceurs de ne pas utiliser des images de chiens brachycéphales dans leurs publicités ou encore des dépliants pour des clients nouveaux propriétaires de ces chiens « pour savoir à quoi il faut s’attendre ». Au Royaume-Uni, la revue Veterinary Record avait déjà annoncé ne plus accepter de publicités représentant des chiens brachycéphales, selon Gudrun Ravetz. « Beaucoup d’annonceurs se sont excusés, disant qu’ils n’étaient pas au courant des problèmes. » En conclusion, Monique Megens a souligné qu’en tant que vétérinaires, « nous devons faire preuve de leadership et agir contre l’élevage de chiens aux traits génétiques qui mènent à des problèmes de santé ou de bien-être ».

1 Lire page 27 de ce numéro.

LE RÔLE DES VÉTÉRINAIRES

Les experts réunis par la World Small Animal Veterinary Association (WSAVA) et la Federation of European Companion Animal Veterinary Associations (Fecava) ont présenté 12 recommandations pour les praticiens et leurs organisations.
Au niveau individuel, les vétérinaires devraient :
1.  Informer le public et déconseiller l’achat de chiens aux conformations extrêmes.
2.  Sensibiliser les propriétaires sur les problèmes de santé et de bien-être de chiens aux conformations extrêmes.
3.  Sensibiliser les éleveurs, les associations d’éleveurs et les juges et les conseiller sur la santé et le bien-être de chiens aux conformations extrêmes.
4.  Informer les propriétaires et les éleveurs sur des restrictions de reproduction éventuelle si un chien a subi des opérations pour des conformations extrêmes.
5.  Partager des données sur la santé et le bien-être en relation avec des conformations extrêmes. Soumettre (si possible) des données sur des chirurgies liées à ces conformations.
Au niveau de la profession, les vétérinaires devraient :
1.  Mettre en place une campagne de communication pour sensibiliser le public sur les chiens aux conformations extrêmes.
2.  Travailler avec des organismes cynologiques pour mettre en place des registres de chiens ayant subi des chirurgies pour conformations extrêmes.
3.  Faire un appel à la révision des standards de race pour empêcher des pathologies liées à la brachycéphalie.
4.  Lancer des certificats de bonne santé pour les chiots et/ou des check-lists pour des acheteurs potentiels.
5.  Développer des protocoles internationaux standardisés probants pour l’examen d’animaux reproducteurs.
6.  Mettre en place des systèmes permettant le recueil des données de structures vétérinaires concernant la santé et le bien-être des chiens aux conformations extrêmes.
7.  Mettre en place des formations initiales et permanentes pour permettre aux vétérinaires de jouer un rôle plus important auprès des éleveurs, des associations d’éleveurs et des juges concernant les conformations extrêmes.

Source : bit.ly/2zBF4cW.
Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr