Que pensez-vous du pacte de lutte contre l’influenza aviaire ? - La Semaine Vétérinaire n° 1735 du 14/10/2017
La Semaine Vétérinaire n° 1735 du 14/10/2017

FORUM

FORUM

Auteur(s) : ÉTIENNE CHEVANNE 

DES POINTS CRITIQUES À MAÎTRISER

Ce pacte est l’engagement des filières avicoles et des pouvoirs publics à faire progresser six axes de travail. L’aviculture française est multiple et sur un même territoire, on peut retrouver une grande diversité de modes d’élevage, d’espèces, etc. Lors d’une suspicion infirmée en Vendée, qui a fait l’objet d’un retour d’expérience, plus de 160 élevages avicoles étaient recensés dans le rayon de surveillance de 10 km ! Le premier axe du pacte, “Améliorer les réactions collectives en cas de crise”, est un point critique à bien maîtriser. Lister les élevages est une chose, mais les contacter, prévenir tous les intervenants concernés, interrompre les transports prévus en un temps très court est un défi.
Ce pacte est le témoin de la gravité économique d’une crise influenza et de la responsabilité collective de chaque acteur, qu’il soit en circuit court ou en filière organisée, en production de foie gras, de volaille de chair, ou d’œufs. Un cas d’influenza, et c’est l’ensemble des exportations avicoles hors Union européenne qui sont remises en cause. Il doit aboutir, filière par filière, quel que soit le mode d’élevage, à la même déclinaison des principes de biosécurité élémentaires : bande unique, protection vis-à-vis de l’avifaune sauvage, respect des barrières sanitaires et gestion sécurisée des transports.

ACCOMPAGNER LES PRODUCTEURS

Le pacte de lutte contre l’influenza aviaire et de relance de la filière foie gras propose un ensemble d’objectifs généraux définis par les responsables de la filière avicole et les pouvoirs publics. Pour le moment, la plupart de ces objectifs sont très abstraits pour les acteurs “terrains” de la filière, ou bien restent à prouver lors de la prochaine crise (notamment les capacités de réactivité en cas de foyer). Nous avons le sentiment que les pouvoirs publics tardent ou ne parviennent pas à acter la plupart de ces objectifs. Seuls quelques points de ce pacte ont mené à des actions précises et concrètes sur le terrain, tels que des normes zootechniques (bande unique par unité de production, équipements de biosécurité obligatoires) ou réglementaires (formations biosécurité aux éleveurs, modalités de dépistage du virus). En tant que vétérinaire, je peux regretter le manque de concertation des acteurs terrains par les pouvoirs publics, menant à des choix imposés discutables (seuils de confinement des animaux, modalités de dépistage en cas de risque modéré). Nous considérons donc que notre rôle de vétérinaire est d’accompagner les producteurs et les entreprises agro-alimentaires dans une démarche proactive de prévention contre l’influenza, en attendant les applications concrètes du pacte.

APPRENDRE À VIVRE AVEC

J’exerce dans une région dominée par l’élevage à forte valeur ajoutée du poulet Label rouge, de la volaille de Bresse et de la poule plein air. Par chance, malgré la proximité de zones humides, nos élevages n’ont pas été touchés. À la lecture du pacte, renforcer l’application des règles de biosécurité au niveau de l’intervenant apparaît évident, mais posera de véritables problèmes de restructuration, en particulier pour la filière canard. Jusqu’alors, elle fonctionnait hors des contraintes biosécuritaires déjà appliquées dans les autres productions avicoles. L’évolution des pratiques d’élevage que ce pacte appelle ne pourra se faire qu’avec l’accord et la collaboration de la totalité des acteurs de la filière. Dans ma région, c’est toute la branche de production plein air qui appréhende l’hiver prochain. L’hiver 2016-2017, la plupart des productions plein air ont été confinées, tout en maintenant l’appellation plein air. Cette situation ne peut perdurer et il nous faudra certainement trouver des alternatives, à l’image de la Suisse et de ses jardins d’hiver.
Les virus influenza mutent, mais seront toujours présents, il faut apprendre à vivre avec. L’influenza aviaire est une maladie commerciale autant qu’un problème sanitaire et agir au niveau européen et international est, à mon sens, un point fondamental.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr