Voies d’accès au titre de vétérinaire spécialiste - La Semaine Vétérinaire n° 1722 du 03/06/2017
La Semaine Vétérinaire n° 1722 du 03/06/2017

SESSION ACADÉMIQUE

ACTU

Auteur(s) : TANIT HALFON 

Jérôme Coppalle, inspecteur en chef de santé publique vétérinaire et sous-directeur de l’enseignement supérieur au ministère, a fait le point sur l’évolution de la spécialisation vétérinaire, lors d’une séance de l’Académie vétérinaire de France. Aujourd’hui, plusieurs voies permettent d’accéder au titre de spécialiste.

Un vétérinaire peut se prévaloir du titre de spécialiste selon les conditions définies par le décret du 16 décembre 2008 du Code rural et de la pêche maritime (CRPM-article R812-55)1 fixant une liste de spécialités (actuellement au nombre de 24) reconnues par le ministère de l’Agriculture, après avis du Conseil national de la spécialisation vétérinaire (CNSV) et par les arrêtés du 31 juillet 20142, 3, ou selon les modalités de l’article R242-344. Le titre de spécialiste s’obtient directement via le diplôme d’études spécialisées vétérinaires (DESV) ou en étant titulaire d’un collège européen reconnu comme équivalent à un DESV par le CNSV. La validation des acquis de l’expérience (VAE) s’avère également une voie d’accès possible au titre. Le tout coordonné et strictement contrôlé par le CNSV, qui entend garantir l’excellence des spécialistes.

La voie nationale

Le DESV, délivré à l’issue d’une formation de trois années à temps plein, ou l’équivalent à temps partiel, autorise à porter directement le titre de spécialiste. L’arrêté du 31 juillet 20142 précise l’organisation de la formation, dont la validation est sanctionnée par un diplôme proposé par le conseil d’orientation et de la formation (COF) de la spécialité concernée. Reconnu uniquement en France, il est actuellement valable à vie. Pour éviter de repasser par le résidanat après plusieurs années d’exercice, la législation française prévoit de pouvoir obtenir le DESV via la VAE. Cette procédure permet à tout praticien de demander, sous certaines conditions, la reconnaissance des acquis de son expérience professionnelle, afin de « justifier en tout ou partie des connaissances et des aptitudes exigées pour l’obtention du diplôme postulé » 5 . Elle est validée par un jury nommé par le directeur de l’école ayant la responsabilité administrative du diplôme, sur proposition du COF du domaine concerné, et sur avis du CNSV. Il existe des spécialités pour lesquelles aucun COF n’est mis en place (exemple de l’imagerie médicale), rendant alors impossible l’obtention du titre concerné par la VAE.

La voie européenne

Sur les 26 collèges européens existant aujourd’hui, seuls 18sont reconnus équivalents à un DESV par le CNSV. La demande de reconnaissance d’un titre provient d’une requête individuelle, ou est éventuellement à l’initiative du président du Conseil national de l’Ordre. Pour ce faire, un dossier doit être constitué, dont la composition est détaillée dans l’arrêté du 31 juillet 20143. Après un avis favorable, tout vétérinaire titulaire d’un collège européen reconnu pourra alors se prévaloir du titre de spécialiste. À la différence du DESV, il est demandé aux praticiens concernés, tous les cinq ans, un justificatif de réévaluation du titre par l’European Board of Veterinary Specialisation 6.

Le CNSV aux compétences multiples

Le ministère de l’Agriculture a délégué l’organisation de la spécialisation en France au CNSV. Ce dernier a ainsi pour missions de coordonner et d’harmoniser les enseignements de spécialisation et les conditions de délivrance des titres. Constitué de 24 membres (article R814-32 du CRPM7) nommés pour 4 ans et présidé par le Direction générale de l’enseignement et de la recherche, il se réunit au moins une fois par an. Au niveau national, il donne son avis sur la composition du COF pour chaque spécialité, le référentiel de la formation proposé par le COF, le nombre de places offertes, les modalités d’admission des candidats et du contrôle des connaissances et des aptitudes. Au niveau européen, il a compétence pour reconnaître les titres de spécialisation vétérinaire.

1 bit.ly/2rvYZpd.

2 bit.ly/2qQkRuJ.

3 bit.ly/2rLvlti.

4 bit.ly/2s6NulM.

5 bit.ly/2s6nUgq.

6 Source : Janine Guaguère, vétérinaire trésorière au Conseil national de l’Ordre des vétérinaires.

7 bit.ly/2rcJPmp.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr