Que vous inspire la perspective de la retraite ? - La Semaine Vétérinaire n° 1719 du 13/05/2017
La Semaine Vétérinaire n° 1719 du 13/05/2017

FORUM

@... VOUS !

FORUM

J’AI BESOIN D’UNE VRAIE COUPURE

Dans un premier temps, je dois préparer ma sortie. J’envisage de former un jeune confrère pour assurer ma succession. Les conditions d’accueil sont attrayantes : la région est agréable ; la structure, avec six vétérinaires, permet un exercice serein et un service de garde allégé : une sur cinq, avec de rares sorties la nuit. En effet, la clientèle est essentiellement laitière, avec un peu d’allaitantes et donc quelques césariennes. Enfin, le travail ne manque pas, même si les mouvements d’absorption et de fusion des fermes se traduisent par un tassement de l’activité. Il reste de la prophylaxie, les bilans sanitaires nous occupent et le métier évolue en permanence, ce qui le rend toujours intéressant. Et puis, on est dehors ! Pour moi qui viens du monde agricole, c’est essentiel. Du reste, mes occupations à venir, lorsque j’aurai déposé ma blouse, seront en lien avec la nature, tant que la santé me le permettra : du trek en montagne, de la plongée, tout ce que je n’ai pas eu beaucoup le temps de faire au cours de ma carrière. Les projets ne manquent pas. Je ne pense pas cependant que je conserverai un lien avec la profession. J’aspire à passer complètement à autre chose, car ce métier m’a bien occupé. J’ai besoin d’une vraie coupure.


LE CAMPING-CARISME AU LONG COURS ME TENTE ASSEZ

Mon projet n’est pas d’aller jusqu’à 65 ans, pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Ce sera sans doute plutôt à 63 ans, dans trois ans. La question de mon successeur va donc bientôt se poser. Et c’est une inquiétude pour moi, car il est déjà difficile de trouver un remplaçant dans nos structures mixtes. La dégradation du taux de survie des exploitations agricoles dans notre région nous conduit même à nous interroger sur la préservation de notre activité rurale à terme. Sa rentabilité est faible et, aux astreintes 24 h/24 avec seulement quatre associés, il serait plus confortable d’intégrer le service de garde du Mans, à 20 kilomètres, en canine. Il reviendra à mes associés de se prononcer sur cette évolution, le moment venu. Quant à moi, je ne suis pas persuadé que je rempilerai pour un nouveau mandat d’élu dans ma commune lorsque j’aurai pris ma retraite. Nous sommes déchargés de plus en plus de nos compétences et nous avons de moins en moins d’autonomie financière. Cela décourage les bonnes volontés. Par ailleurs, je serais assez tenté par des voyages en camping-car au long cours, ce que je n’ai pas pu entreprendre jusqu’à maintenant. À condition, bien sûr, d’en convaincre d’abord mon épouse…

JE SUIS DÉJÀ ET J’ESPÈRE RESTER PLURIACTIF

Cela fait une dizaine d’années que j’ai adopté le principe du temps professionnel choisi. En étant maire de ma commune et vice-président de la communauté de communes, je ne peux pas me dédoubler. J’ai de plus été conseiller départemental entre 2011 et 2015. En accord avec mes associés, j’ai commencé par prendre des jours sur mes congés, puis opté pour un trois quarts-temps professionnel avant de convenir qu’un mi-temps serait plus raisonnable. Pour autant, j’essaierai de conserver un lien avec le monde vétérinaire quand je prendrai ma retraite. Mon attachement à la profession se traduit dans mon engagement syndical ; depuis 20 ans, je suis le président du syndicat départemental et j’en suis administrateur au niveau national depuis une dizaine d’années. S’il m’est permis de continuer à défendre la profession, je le ferai. Par ailleurs, je souhaite maintenir sinon développer mes activités politiques. Je ne me vois pas rester chez moi à ne rien faire. Tant que je le pourrai, je resterai actif, même si je n’envisage pas de reprendre à plein temps mon métier si toutefois je perds un mandat d’élu. En revanche, j’écourterais mon activité professionnelle si un autre mandat électif plus gourmand s’offrait à moi. À cet égard, l’horizon n’est pas fermé.


Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr