Que penser d’un régime végétarien pour les carnivores ? - La Semaine Vétérinaire n° 1708 du 24/02/2017
La Semaine Vétérinaire n° 1708 du 24/02/2017

CONFÉRENCE

PRATIQUE CANINE

Formation

Auteur(s) : GWENAËL OUTTERS 

Les régimes végétariens, en vogue, sont souvent des sujets d’interrogation pour les propriétaires de carnivores domestiques. Le vétérinaire doit pouvoir répondre efficacement pour éviter d’exposer les animaux à des dangers potentiels. Végétarien (exclusion de la chair et des produits issus des animaux), végétalien (mêmes restrictions auxquelles s’ajoutent les œufs, le lait, le miel, les fromages et toute production animale) ou vegan (rejetant toute forme d’exploitation animale), les objectifs des clients doivent être entendus. Par rapport au loup, le chien domestique peut utiliser les glucides et subsister avec une diminution des protéines animales. Cette évolution ne s’est pas faite chez le chat.

Quid de l’apport protéique ?

L’apport protéique se mesure en quantité, mais également en qualité. Moins digestibles, les protéines végétales ne peuvent convenir qu’à des chiens à des stades physiologiques peu demandeurs en protéines. Elles ne conviennent pas au chat. Les végétaux sont moins riches en protéines, nécessitant d’augmenter les apports, ce qui accroît parallèlement les calories. À titre d’exemple, une ration isoprotéique à base de tofu ou de viande (à 5 % de matières grasses) apporte 38 % de calories en plus pour la première par rapport à la seconde. Le chien et le chat requièrent respectivement 10 et 11 acides aminés essentiels. Quatre d’entre eux sont limitants (c’est-à-dire présents en plus faible quantité) dans le monde végétal : la lysine, la cystine, la méthionine et le tryptophane. La taurine, indispensable au chat, n’existe pas dans les végétaux. La carence en arginine (présente en quantité insuffisante dans les végétaux) est mortelle chez le chat. Ainsi, pour un apport équilibré, étant donné qu’aucun végétal ne comporte tous les acides aminés, il est nécessaire d’associer des céréales (pauvres en lysine) et des légumineuses (carencées en méthionine) dans le même repas, ce qui augmente fortement l’apport calorique et conduit à un excès de fibres.

… de celui en acides gras essentiels ?

Les acides gras essentiels ne sont pas synthétisés par le corps. Dans le monde végétal, l’apport se fait par des précurseurs (acide linolénique, oméga 3, et acide linoléique, oméga 6). Le rendement de transformation des oméga 3 en acides eicosapentaénoïque (EPA) et docosahéxaénoïque (DHA) est respectivement de 20 % et de 1 %, ce qui rend insuffisants les apports végétaux dans les situations de croissance, de gestation, de lactation ou chez le senior. Chez le chat, la transformation ne se fait pas et l’apport en acide arachidonique (oméga 6 présent dans les muscles), en DHA (oméga 3 : cervelle et huiles de poisson) et en EPA (oméga 3) est obligatoire.

… et des vitamines et oligo-éléments ?

Le ß-carotène est la forme végétale de la vitamine A, transformée dans l’intestin chez le chien en rétinol (forme animale), mais son efficacité est moindre. Le chat ne peut utiliser que le rétinol.

Les animaux ne fabriquent pas la vitamine D par la peau ; la vitamine D2 végétale est moins efficace que la D3, animale.

Les besoins en vitamine B sont importants (notamment B2 et B6) et ne peuvent être couverts avec des apports végétaux. La vitamine B12 est exclusivement animale.

Les besoins en calcium sont trois fois supérieurs chez le chien que chez l’homme, l’apport d’un minéral est nécessaire (Ca et P), aucune source végétale n’étant suffisante. Le fer animal (fer ferreux) est plus efficace que le fer non héminique (fer ferrique).

Les aliments industriels végétariens doivent nécessairement comporter des compléments de synthèse, dont le caractère naturel est discutable (à moins d’utiliser des sources animales). L’alimentation végétarienne est impossible chez le chat ; elle est difficile (et non végétalienne) chez le chien et ne doit être réservée qu’à des adultes non stérilisés de petite taille, les chiens stérilisés ayant des besoins protéiques supérieurs de 25 %.

Claude Paolino Praticien à Six-Fours-les-Plages (Var).

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr