Immunité passive et vaccination des porcelets contre le SDRP - La Semaine Vétérinaire n° 1662 du 19/02/2016
La Semaine Vétérinaire n° 1662 du 19/02/2016

CONFÉRENCE

Pratique mixte

FORMATION

Auteur(s) : Lorenza Richard*, Olivier Bourry**

Fonctions :
*Anses de Ploufragan (Côtes-d’Armor)

Les anticorps neutralisants d’origine maternelle (Anom) peuvent inhiber la réponse immunitaire cellulaire et humorale chez les porcelets immunisés contre le syndrome dysgénésique et respiratoire porcin (SDRP) avec un vaccin vivant atténué. Ce résultat est, pour la première fois, révélé par une étude présentée lors du dernier congrès annuel de l’Association française de médecine vétérinaire porcine.

Des résultats très différents

L’étude a été réalisée dans un élevage naisseur-engraisseur dans lequel aucune circulation du virus n’est mise en évidence et où les truies sont vaccinées tous les 4 mois en blitz avec un vaccin vivant atténué. Trente porcelets avec des taux faibles d’Anom (groupe A-) et 30 autres avec des taux forts (groupe A+) reçoivent à 3 semaines d’âge ce même vaccin par voie intradermique. Douze porcelets sentinelles avec des taux faibles d’Anom, non-vaccinés, sont placés au contact direct d’animaux vaccinés, afin de tester la transmission naturelle du virus vaccinal.

Après la vaccination, les porcelets A- développent une virémie vaccinale précoce et une réponse immunitaire. En effet, la virémie vaccinale est mise en évidence par RT-PCR (reverse transcription-polymerase chain reaction) chez 60 % des animaux, 2 semaines après la vaccination. De plus, 85 % des porcelets séroconvertissent entre 2 et 4 semaines post-vaccinales (anticorps détectés en Elisa) et le titre d’anticorps neutralisants (détectés par un test de séroneutralisation virale) augmente progressivement, avec un titre de moins de 5 avant la vaccination à 15 en moyenne 2 mois après. Enfin, les cellules sécrétrices d’interféron-γ (IFN-γ) spécifique du SDRP sont détectées dès la deuxième semaine post-vaccinale.

En revanche, aucune virémie ni réponse immunitaire n’est notée dans le mois qui suit la vaccination chez les animaux A+. Une virémie tardive est observée chez 32 % d’entre eux 8 semaines après la vaccination. De plus, le taux d’anticorps diminue après la vaccination jusqu’à 4 semaines, pour augmenter légèrement ensuite, alors que le titre en anticorps neutralisants ne fait que diminuer, pour passer de 21 en moyenne avant la vaccination à, 2 mois après, moins de 5. Enfin, les premières cellules sécrétrices d’IFN-γ ne sont détectées que 8 semaines après la vaccination, et chez trois animaux seulement.

Neutralisation du virus vaccinal

Ainsi, « il semblerait que chez les porcelets du groupe A+, le fort taux d’anticorps neutralisants contre le SDRP d’origine maternelle au moment de la vaccination a neutralisé la réplication du virus vaccinal et bloqué la réponse immunitaire afférente », explique le conférencier.

En effet, les courbes correspondant à l’évolution de la virémie et du taux d’anti?corps du groupe sentinelle sont les mêmes que celles du groupe A+ (la virémie apparaît chez 64 % des animaux du groupe sentinelle à 8 semaines, avec une séroconversion tardive chez 36 % d’entre eux). Comme le groupe sentinelle a été contaminé par le virus vaccinal au contact direct des animaux qui l’excrètent, les porcelets A+ pourraient avoir éliminé le virus vaccinal grâce à leurs Anom, puis avoir été infectés de la même façon que les sentinelles.

Cela montre que sur le terrain, certains porcelets disposant d’une forte immunité passive vis-à-vis du SDRP pourraient ne pas répondre sur le plan immunitaire à la vaccination effectuée à l’âge de 3 semaines par un vaccin vivant atténué. De plus, vacciner les porcelets plus tard, lorsque le taux d’Anom a diminué, ne paraît pas pertinent en cas de circulation précoce du virus en post-sevrage.

Une nouvelle étude est prévue pour évaluer si cette altération de la réponse immunitaire induit une diminution de l’efficacité vaccinale chez les animaux A+ en matière de clinique et de transmission du virus. Sur le terrain, la prise en compte de l’interférence des Anom avec la vaccination SDRP nécessiterait un test simple et rapide pour détecter les anticorps neutralisants (test Elisa), qui n’est pas encore disponible.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr