Les employeurs des TPE face à la situation économique et sociale de la France - La Semaine Vétérinaire n° 1661 du 12/02/2016
La Semaine Vétérinaire n° 1661 du 12/02/2016

BAROMÈTRE IFOP/FIDUCIAL

Actu

Auteur(s) : Clarisse Burger

Rejetant les mesures fiscales du gouvernement, non satisfaits de la réglementation actuelle du travail, la majorité des patrons des très petites entreprises restent tout de même optimistes pour leur activité.

Dans un contexte socioéconomique et géo-politique difficile, que disent les patrons des très petites entreprises (TPE) sur les réformes actuelles ? Le dernier baromètre trimestriel réalisé par l’Institut français d’opinion publique (Ifop) pour Fiducial, fin 2015, auprès de 1 002 dirigeants de TPE, pointe leur méfiance vis-à-vis des messages des partis politiques et des mesures gouvernementales prévues ou mises en place. Les craintes, tous secteurs confondus, s’expriment alors que le gouvernement prépare sa réforme sur le droit du travail et que la réglementation et le coût du travail sont remis en cause par de nombreux employeurs.

D’abord, la politique fiscale du gouvernement ne séduit pas vraiment. Les dirigeants sondés pensent que les mesures décidées ne sont pas adaptées à leurs attentes et que les réductions d’impôts et de charges sociales prévues pour 2016 n’arrangeront pas la situation : elles ne relanceront pas assez la croissance en France. Ces baisses d’impôts et de cotisations n’apporteraient aucun bénéfice pour 76 % des employeurs interrogés et ce dernier serait marginal pour 21 %. Le “choc de simplification” fixé par le gouvernement ne répondrait pas non plus aux souhaits des petites structures : rares sont les sondés ayant perçu une simplification des démarches pour le paiement des charges sociales, de l’impôt sur les sociétés et pour la déclaration de leur chiffre d’affaires. Aussi la proportion de ceux qui voient l’accès facilité au crédit d’impôt reste-t-elle faible.

Temps de travail : des négociations souhaitées

Concernant la durée légale du travail, les avis sont mitigés : 45 % souhaitent la supprimer au profit d’une négociation de branche professionnelle ou d’entreprise, 38 % la fixeraient à 37 ou à 39 heures, enfin 16 % veulent la maintenir à 35 heures. Alors que le gouvernement a affirmé ne pas toucher aux droits fondamentaux (temps de travail légal, salaire minimum, contrat à durée indéterminée, etc.), les dirigeants des TPE ne sont pas convaincus, par exemple, de la réduction du nombre de branches professionnelles, ni des effets annoncés sur l’emploi.

Sur le plan social, les patrons de TPE n’ont de cesse de dire que la réglementation est complexe. Même si près de six employeurs sur dix abordent ce problème « sereinement », aidés par leur expert-comptable en majorité ou par leur syndicat professionnel (26 %), 58 % indiquent posséder un Code du travail dans leur structure et seuls 45 % estiment avoir une bonne connaissance de leurs obligations (embauche, prévention des risques liés au travail et versement des cotisations sociales, par exemple). Aussi, des tensions sur le marché de l’emploi sont réapparues fin 2015 dans les secteurs d’activité en difficulté.

Sur le plan financier, les TPE sont plus optimistes pour leur propre activité que pour la situation économique de la France. Elles restent toutefois nombreuses à ne pas être préoccupées par la situation de leur trésorerie, notamment en Île-de-France. Celle-ci serait à l’équilibre pour 51 % des employeurs de l’échantillon et excédentaire pour 32 %. Cependant, les conditions d’accès au crédit bancaire se sont durcies pour 21 % des entreprises.

L’enjeu environnemental

Quant à leur sensibilité à l’environnement, la majorité de ces patrons jugent l’enjeu important. 42 % pensent même qu’il est urgent. Ces TPE auraient déjà entrepris ou envisagé des mesures pour baisser leur consommation énergétique. Enfin, sur l’attachement à leur région, les sondés voient l’Île-de-France comme une des régions les plus attractives économiquement, suivie par l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et l’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

EN CHIFFRE

21 % des entreprises considèrent que les conditions d’accès au crédit bancaire se sont durcies.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr